Michel Bilodeau, Claire Beaulieu, Louis Villeneuve, Caroline Couture, François Lebeau et Marc Campeau

Virage techno à la bibliothèque de Bromont

Comment rendre la bibliothèque de Bromont plus accessible, plus vivante? Telle est la prémisse derrière le remue-méninges ayant mené à une série de nouveautés et d’initiatives qui s’y enracinent peu à peu, dévoilées mardi.

« Ça fait longtemps que les citoyens nous demandent d’avoir accès à des livres numériques. On vous annonce aujourd’hui que c’est fait. [...] La culture, c’est hyper important. Il faut commencer tôt avec les enfants parce que ce n’est pas long qu’ils fassent des crampes du pouce, a lancé en point de presse le maire de Bromont, Louis Villeneuve, faisant référence à la forte propension des jeunes pour les jeux vidéo. Lire un bon livre de temps en temps, c’est le fun. »

C’est avec enthousiasme que le conseiller municipal Michel Bilodeau, responsable des dossiers culturels, accueille ce renouveau à la bibliothèque municipale et scolaire, attenante à l’école de La Chantignole. « Notre bibliothèque sera beaucoup plus qu’un lieu de prêt de livres, où sont entreposés nos romans, notre histoire, notre savoir. La bibliothèque est maintenant un lieu de rencontres, entre amis et auteurs, d’échanges littéraires, de conférences conviviales, d’heure du conte pour les petits, d’exposition d’œuvres d’art, de jeux ludiques. Et de plus, elle est maintenant techno », a-t-il indiqué.

En fait, ce projet émane de la coordonnatrice en culture et vie communautaire, Caroline Couture. Une initiative qu’elle voulait conviviale. Ainsi, la bibliothèque compte maintenant 475 livres numériques. Une fois le « dossier emprunteur » des citoyens créé, ils ont accès à la collection 24 heures sur 24, via la plateforme pretnumerique.ca. Chaque location est valide pour trois semaines, après quoi ils disparaissent de l’interface dans lequel ils ont été téléchargés, éliminant du coup les frais de retard.

L’ajout de livres numériques sera par ailleurs un atout pour attirer un large éventail de lecteurs, croit Caroline Couture. « On peut penser que le livre numérique peut plaire seulement aux jeunes, mais non », a-t-elle fait valoir, citant en exemple la possibilité de grossir la taille des caractères et la luminosité sur la tablette électronique.

L’art tous azimuts

Parmi les autres nouveautés, la bibliothèque compte plusieurs programmes. L’un d’entre eux se nomme Biblio-Jeux. Il s’agit d’un « répertoire d’activités de stimulation du langage pour les enfants de six mois à six ans et leurs parents. » À ce chapitre, dès septembre, une orthophoniste animera des ateliers une fois par mois.

Une autre section est dédiée à un répertoire de matériel et de listes de ressources pour les proches aidants. De plus, chaque mois, petits et grands sont invités à découvrir les jeux de société par l’entremise de François Lebeau.

C’est sans compter les nombreuses améliorations au sein même de l’établissement, découlant des recommandations des membres de l’Escouade des bibliothécaires qui propage le plaisir de la lecture à travers les écoles primaires de la commission scolaire du Val-des-Cerfs. C’est avec entrain que Marc Campeau, un des « superhéros des livres », a énuméré quelques-unes de ces transformations réalisées par Caroline Couture et son équipe. Pensons notamment à l’ajout d’une section pour jeunes avec tapis de lecture. Une ligne de coussins colorés en entrant incitant les jeunes à ouvrir un bouquin de même que le repositionnement des étagères pour rendre les lieux « plus aérés ».

La bibliothèque dispose également d’un local dédié aux expositions. Claire Beaulieu y expose actuellement ses œuvres. L’artiste multidisciplinaire a par ailleurs remis une de ses toiles à la Ville, intitulée Évolution. « Je souhaite qu’à Bromont, il y ait une place importante pour l’art. [...] Mon œuvre, je la donne à la bibliothèque parce que c’est un lieu d’éducation, où on vient se nourrir, a-t-elle dit. Un lieu ouvert. »