Manuel Champagne, directeur adjoint à Détail Québec et le directeur général de Commerce Tourisme Granby et région, Sylvain Gervais, joignent leurs forces pour aider les commerçants à transiter vers le numérique.

Virage numérique : « il y a urgence d’agir »

Le commerce en ligne québécois est en grand retard sur la demande des consommateurs à acheter en ligne. Afin d’aider les entreprises d’ici à compétitionner contre les géants du Web et à améliorer leur présence en ligne, Commerce Tourisme Granby et région (CTGR) et l’organisme Détail Québec unissent leurs forces en organisant un déjeuner-conférence.

« Il y a urgence d’agir pour que les commerçants intègrent le numérique à leur stratégie de commercialisation », lance catégoriquement le directeur général de Commerce Tourisme Granby et région, Sylvain Gervais.

« À chaque deux ans, les ventes en ligne augmentent de 20 % », précise le directeur adjoint de Détail Québec, Manuel Champagne, en visite à Granby pour lancer l’événement.

« Le trois quarts des Québécois ont fait des achats sur le Web dans la dernière année, mais on est loin d’avoir la même proportion pour les entreprises qui offrent la vente en ligne, renchérit M. Gervais. Ne pas avoir de page Internet en 2018, c’est comme être une boutique sans aucune affiche sur la vitrine. »

La situation des commerces granbyens ne serait guère mieux que dans le reste de la province, selon M. Gervais. Un sondage circule actuellement pour dresser un portrait juste de la présence sur Internet des 930 commerces sur le territoire de la municipalité. Les résultats devraient être dévoilés en juin prochain.

Déjeuner-conférence
Pour stimuler les commerçants, CTGR organisera, en collaboration avec Détail Québec et le Conseil québécois de commerce au détail (CQCD), un déjeuner-conférence gratuit le 30 mai prochain à l’Hôtel Castel & Spa Confort. La thématique de « l’utilisation de Facebook de façon stratégique afin d’optimiser les ventes et fidéliser la clientèle » sera abordée par les deux fondatrices de l’agence de publicité Caribou, Nancy Guignard et Juliette Rabiller.

Le « Virage numérique CQCD », un programme disponible dans toute la province afin de donner un coup de pouce aux entreprises sera également présenté aux participants. L’objectif est d’aider 1325 PME à travers le Québec à intégrer les outils numériques dans leurs activités commerciales. Le programme gratuit inclut jusqu’à cinq jours d’accompagnement et de coaching, une analyse complète de la situation de l’entreprise sur le Web de même qu’une journée et demie de formation au Cégep de Granby.

Un programme d’aide financière sera enfin présenté lors du déjeuner pour aider les entreprises granbyennes qui pourraient avoir besoin de fonds pour réaliser ce virage 2.0.

Prendre le taureau par les cornes
Il y a deux ans, Liette Seney voyait les ventes de son entreprise, la Boutique Luminaire Plus, fondre comme neige au soleil. « Il y avait quelque chose de particulier dans l’attitude des clients », se rappelle-t-elle. Avec un peu d’aide à gauche et à droite, la directrice générale et propriétaire s’est embarquée de plain-pied dans le monde de la vente en ligne. Elle vend maintenant ses produits jusqu’en Colombie-Britannique et dans l’Ouest canadien. « C’est à peu près 20 % de mes ventes qui sont influencées par ma présence sur le Web », explique-t-elle.

Alors qu’elle ne partait de rien il y a deux ans, Commerce Tourisme Granby et région est désormais une entreprise « pionnière et une référence » selon M. Gervais. Mme Seney témoignera de son parcours lors du déjeuner-conférence. Jointe au téléphone, elle soutient qu’elle est la seule entreprise à Granby à être déjà dans le programme Virage numérique et espère que d’autres commerces locaux lui emboîteront le pas.

Pas de danger pour les consultants
La diffusion gratuite de ces techniques de marketing Web ne devrait pas nuire aux entreprises locales qui sont déjà spécialisées dans la gestion des réseaux sociaux, selon Sylvain Gervais et Manuel Champagne. « C’est complémentaire, plus le commerce en ligne sera fort, plus les commerçants de Granby vont trouver leur compte et ça va développer un marché parallèle pour les consultants », soutient-il.