La Coalition des groupes de femmes de la Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi chapeaute la journée de sensibilisation. On voit ici quelques membres du groupe : Malika Hajjaj (Maison Alice Desmarais), Isabelle Corbin (CALACS Granby) et Katie Dufresne (Entr’elles).

Violence sexuelle faite aux femmes: l’affaire de tous

Isolement, dépendance et manque d’information. Voici trois des principaux facteurs qui rendent les femmes plus vulnérables aux différentes formes d’agressions sexuelles. C’est ce que veut mettre de l’avant la Coalition des groupes de femmes de la Haute-Yamaska et Brome-Missisquoi lors de la 38e Journée d’action contre la violence envers les femmes, qui se tiendra le vendredi 20 septembre à Granby.

C’est sous le thème « Les défis, portons-les aussi ! » que se déroulera cette journée d’activités où la sensibilisation sera au cœur des priorités. « Pendant des années, les femmes ont senti qu’elles étaient laissées à elles-mêmes. Donc, elles vivaient le secret seules. Pourtant, les agressions à caractère sexuel sont des problèmes de société. Ça ne revient pas uniquement aux victimes. On peut, tous ensemble, poser des gestes pour créer un moment de solidarité en portant aussi leurs défis », a mentionné Isabelle Corbin, intervenante, agente de prévention et de communication au Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Granby.

Au cours des dernières années, le mouvement #MoiAussi a fait en sorte que plusieurs victimes sont sorties de l’ombre. Et les répercussions sont bien tangibles au CALACS de Granby.

« Évidemment, on espère que le mouvement persiste dans le temps. Pour l’instant, on reçoit le double de demandes d’aide au CALACS comparativement à 2016. On parlait d’environ une centaine il y a quelques années à près de 200 aujourd’hui », a indiqué Isabelle Corbin.

D’ailleurs, les proches de victimes se manifestent de plus en plus, entre autres pour demander des conseils pour les épauler. « On reçoit même des appels de compagnies qui ont besoin de nos services pour faire de la prévention auprès des employés à propos des agressions sexuelles en milieu de travail », a noté la représentante du CALACS.

Options

Pour rallier le plus de gens à la cause, la Coalition mettra trois activités en branle le 20 septembre. La première se déroulera au Cégep de Granby. Un sofa sera installé dans l’établissement d’enseignement afin de permettre aux étudiants d’y écrire des messages à propos de la violence sexuelle.

Puis, sur l’heure du midi, un matelas sera déposé symboliquement sur le terrain du presbytère Notre-Dame. Les gens pourront également y rédiger leurs témoignages. La journée se terminera par la traditionnelle marche silencieuse, soit une boucle de 2 km. Le coup d’envoi sera donné à 18 h 30 à la place Johnson, située au 160, rue Principale à Granby. Les participants sont invités à se vêtir de noir. « On veut montrer l’aspect sombre des agressions sexuelles. D’un autre côté, on veut aussi être un groupe uni derrière la cause », a fait valoir Isabelle Corbin. Une prestation de l’artiste Bermuda, finissante de l’École nationale de la chanson de Granby, clôturera la journée.