Les propriétaires qui souhaitent profiter du programme de rénovation résidentielle de la Ville de Granby doivent d’abord déposer une demande à la division permis et inspection afin que leur dossier fasse l’objet d’une analyse.

Vif engouement pour le programme de rénovation résidentielle à Granby

La popularité du programme d’aide à la rénovation résidentielle adopté par la Ville de Granby ne se dément pas. À peine 24 heures après son entrée en vigueur, une dizaine de propriétaires se sont déjà inscrits sur une liste d’attente afin que leur projet de réno soit analysé, a affirmé mardi le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire à la Ville, Gabriel Bruneau.

« Il y a définitivement de l’intérêt. Il y en avait même avant l’entrée en vigueur du programme cette semaine. On a des appels depuis que ça a été annoncé le mois dernier par le conseil municipal », affirme M. Bruneau.

Selon lui, au moins une quarantaine de citoyens intéressés à profiter de l’aide financière offerte par la Ville ont adressé des demandes d’informations, par téléphone ou par courriel, à l’hôtel de ville. Certains ont toutefois dû revoir leurs projets, car leur propriété ne correspond pas aux critères du programme.

Celui-ci vise exclusivement les résidences — d’un ou deux logements — construites depuis au moins 20 ans et ayant une valeur foncière maximale de 120 000 $ (valeur du terrain exclue). Les propriétaires peuvent obtenir une aide financière maximale de 10 000 $ par logement pour des travaux d’amélioration et de rénovation (électricité, plomberie, portes et fenêtres, charpente, chauffage, accessibilité universelle, etc.).

Le programme rembourse 50 % des travaux admissibles. La valeur des travaux doit toutefois être supérieure à 5000 $.

« Exemple : vous rénovez pour 5000 $, on vous rembourse 2500 $. Vous rénovez pour 20 000 $, on vous rembourse 10 000 $ et vous rénovez pour 30 000 $, on vous rembourse aussi 10 000 $, cette somme étant le maximum remboursable », a illustré le président du comité des finances de la Ville et conseiller municipal, Jocelyn Dupuis, lors de l’adoption du programme en décembre dernier.

Analyse

Gabriel Bruneau souligne que le retour du congé des Fêtes a été attendu, soit le 7 janvier, pour l’entrée en vigueur du programme. « Les gens ne pouvaient pas déposer une demande avant ce moment, car on voulait s’assurer que l’ensemble des formulaires soit disponible et que notre organisation soit prête à accueillir les demandes », dit-il.

Les propriétaires qui souhaitent profiter de l’aide financière doivent d’abord déposer une demande à la division permis et inspection afin que leur dossier fasse l’objet d’une analyse.

« Il y a certaines informations à donner et des documents, dans certains cas, à fournir. La demande suit ensuite son cours et elle est, ultimement, approuvée ou refusée », note Gabriel Bruneau.

Les travaux qui feront l’objet d’une approbation devront être réalisés dans un délai de 12 mois suivant l’émission du permis de construction ou de réparation.

Pas surpris

Le directeur du service de la planification et de la gestion du territoire affirme par ailleurs ne pas être surpris de l’intérêt des Granbyens pour ce nouveau programme de subventions.

Selon lui, le dépôt des demandes devrait même s’accentuer au printemps, alors que la fièvre des rénovations pourrait atteindre un nombre grandissant de citoyens.

Quelque 4000 portes sur les 22 000 réparties sur l’ensemble de la Ville peuvent potentiellement profiter de ce programme qui bénéficie, pour l’heure, d’une enveloppe de 500 000 $.

« On est prêts à réinjecter de l’argent dans ce programme et on serait bien heureux de le faire, s’il fonctionne bien », a affirmé le maire, Pascal Bonin, le mois dernier.

Cette mesure vise notamment à réduire l’étalement urbain, revitaliser certains secteurs plus anciens de la ville et favoriser l’entretien du patrimoine bâti, a-t-il été précisé. Un crédit de taxes de 100 % sur la plus-value de l’évaluation foncière à la suite des travaux sera en outre accordé pour une période de cinq ans.