« On veut un milieu de vie animé », dit le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher.

Vie culturelle et communautaire fait bouger les Granbyens

L’organisme Vie culturelle et communautaire (VCC) de Granby a hérité de deux nouveaux mandats qui accentueront sa mission d’animation de milieu en 2019.

« On veut un milieu de vie animé. On a des enjeux. Il y a par exemple des gens qui sont seuls, d’autres qui ne bougent pas, alors on rejoint les forces du milieu pour se donner une belle qualité de vie dans notre ville », fait valoir le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire, Patrice Faucher.

VCC s’est ainsi vu confier par le conseil municipal, en décembre dernier, l’organisation des spectacles extérieurs gratuits, qui revisiteront la formule des À-côtés du Palace, ainsi que l’animation de milieu pour les jeunes, comme le prévoit la politique jeunesse adoptée par la Ville en 2017.

Ce dernier mandat, accompagné d’un budget annuel de 99 000 $, avait initialement été confié à la Maison des jeunes de Granby. Mais le projet a été revu et sa responsabilité a plutôt été confiée à VCC. « La Maison des jeunes l’a fait un bout. Mais pour toutes sortes de raisons, dont l’organisation et la disponibilité des ressources, c’était plus difficile d’en assurer la pérennité », explique Patrice Faucher.

Selon lui, la coordonnatrice de la politique jeunesse à VCC, Melody Poulin, pourra aussi encadrer l’animation de milieu, qui vise les jeunes de 14 à 30 ans, et prévoir les ressources nécessaires.

Gymnases ouverts ?

Patrice Faucher affirme que l’ouverture des gymnases de certaines écoles secondaires pour « la pratique libre et spontanée » d’activités est notamment dans l’air. Des discussions à cet effet ont été amorcées, dit-il, avec les directions des écoles concernées.

« On veut que les jeunes soient actifs. Quand ils sortent du réseau scolaire, on entend souvent qu’ils ne savent plus où aller pour faire de l’activité, entre autres pour jouer au basket. Les gens vont un peu n’importe quand jouer au hockey l’hiver sur les patinoires extérieures. C’est un peu ce qu’on veut faire avec les gymnases : donner l’occasion à des jeunes d’avoir accès à des installations sportives », souligne le directeur du service de la coordination du loisir, des arts, de la culture et de la vie communautaire.

L’organisation d’une activité qui pourrait regrouper les élèves des écoles secondaires granbyennes est également dans les cartons. « On veut créer des liens, des lieux de rencontres et d’échanges pour les jeunes », dit M. Faucher.

Spectacles itinérants

Tel qu’annoncé en novembre dernier par La Voix de l’Est, les À-côtés du Palace, cette série de spectacles extérieurs dont la présentation était la responsabilité du Palace, changeront par ailleurs de formule en 2019. Ce vent de renouveau sera orchestré par VCC.

Terminés, les rendez-vous estivaux réguliers sous le chapiteau du Palace. Les spectacles seront plutôt présentés dans les différents parcs de la ville, à l’instar de ce qui avait été initié par le défunt organisme des Loisirs de Granby au début des années 1990. « L’idée est de se promener. Il y aura des nouveautés, mais il y aura aussi des valeurs sûres », ajoute Patrice Faucher.

Celui-ci affirme que certains citoyens ont manifesté de l’inquiétude face à ce changement annoncé, car la formule jouissait d’une belle popularité. Mais il tient à se faire rassurant. « On n’oublie pas nos fidèles. On connaît leurs goûts, leurs attentes. Les habitués ne seront pas laissés pour compte », assure M. Faucher.

Selon lui, l’objectif de cette nouvelle mouture des spectacles extérieurs gratuits est toutefois d’attirer et de plaire à une clientèle plus diversifiée. La nouvelle programmation devrait être présentée au printemps.

Les enveloppes qui étaient accordées à la Maison des jeunes et au Palace pour l’animation de milieu (99 000 $) et les spectacles extérieurs (52 100 $) seront transférées à VCC, précise Patrice Faucher. « On ne surcharge pas un service », dit-il. À ses yeux, VCC saura assurer une continuité en matière d’animation de milieu et pourra, au besoin, procéder à l’embauche de ressources supplémentaires avec les nouveaux budgets qui lui sont consentis pour ces mandats.