Des bacs à sacs réutilisables seront installés à l’intérieur des supermarchés Metro et IGA de Bromont. On voit ici les conseillers municipaux Michel Bilodeau et Pierre Distilio, qui ont contribué au projet pilote, ainsi que le maire de Bromont, Louis Villeneuve.

Vers une interdiction des sacs de plastique à Bromont

À l’instar de Montréal, plus aucun commerce de Bromont n’offrira de sacs de plastique légers. Cette mesure devrait être en vigueur d’ici la fin de l’année. Les élus feront un premier pas en ce sens lors de la prochaine séance du conseil, alors que sera donné un avis de motion préalable à l’adoption du règlement en mai.

Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, qualifie cette décision d’« incontournable » pour une municipalité qui se veut « écoresponsable ».

« On ne peut pas se mettre la tête dans le sable. Le plastique est un fléau mondial. Si chacun pose des gestes concrets, on va arriver à quelque chose. Il faut que tous les paliers de gouvernement prennent leurs responsabilités, a-t-il indiqué. C’est ce qu’on veut faire à Bromont. On vit dans une ville de plein air et on est conscients de notre environnement. »

En fait, Bromont veut bannir les sacs de plastique conventionnels pour les emplettes, d’une épaisseur inférieure à 50 microns, que l’on utilise généralement dans les épiceries. Les sacs oxodégradables, biodégradables ou compostables sont aussi visés. Par ailleurs, deux commerces de Bromont oeuvrant dans le créneau de l’alimentation ont déjà emboîté le pas au mouvement en n’offrant pas ce genre de sacs. Il s’agit du Marché Lambert et frères, sous la bannière IGA, et l’Épicerie futée.

Transition

Louis Villeneuve est d’avis que les commerçants peuvent très bien fonctionner sans avoir recours aux sacs de plastique. « Je me remémore ma jeunesse, quand on allait faire l’épicerie en famille. Il n’y avait pas de sacs de plastique. Le but n’est pas d’être rétrograde. Il faut revenir au gros bon sens et voir comment on peut trouver des solutions en accompagnant les commerçants dans le processus. »

À ce chapitre, une lettre doit être envoyée sous peu aux propriétaires de commerce afin de les informer des tenants et aboutissants du choix de la municipalité.

Une fois le règlement adopté, les gens d’affaires seront assujettis à une période de transition de six mois avant le retrait des sacs de plastique. Une campagne de sensibilisation auprès de la population sera aussi lancée.

La Ville envisage également de proscrire les bouteilles de plastique à usage unique dans l’ensemble de son territoire. « On a déjà banni les bouteilles d’eau à l’hôtel de ville, a mentionné le maire. J’aimerais qu’on trouve une façon de le faire à grande échelle. Mais pour ça, on doit prendre le temps d’étudier les possibilités pour bien faire les choses. On va y aller un pas à la fois. »

En mode action

Conscients des enjeux environnementaux liés à l’utilisation des sacs de plastique et de ceux associés à leur retrait, les élus de Bromont se sont rapidement mis en « mode action ». Le conseiller du district 1 (Mont-Brome), Michel Bilodeau, a trouvé une piste de solution sur le Web qui s’est vite transposée en projet pilote.

« C’est un geste important de bannir les sacs de plastique. Mais on a aussi la volonté de faciliter la vie des citoyens. J’ai vu sur Internet qu’une association de marchands dans le quartier Rosemont à Montréal a lancé un concept de boîte à sacs réutilisables. Tu en prends un si tu en as besoin et tu en remets ensuite à ton tour », a-t-il résumé.

Les membres du conseil n’ont pas hésité à emboîter le pas en payant de leur poche les frais pour que le projet voie le jour. Le conseiller du district 1, Pierre Distilio, a pris les choses en mains en confectionnant deux boîtes. Celles-ci seront installées à l’intérieur des supermarchés Metro et IGA de Bromont dès la semaine prochaine.

Le représentant des citoyens du quartier Mont-Soleil est d’avis que tous les ingrédients sont réunis pour que l’initiative connaisse un franc succès.

« J’ai embarqué parce que je crois vraiment à ce projet. Comme moi, je suis certain que la majorité des citoyens a des dizaines de sacs réutilisables qui traînent à la maison ou dans l’auto. Jamais on ne les utilise tous. Si chacun fait sa part, les bacs ne seront jamais vides. C’est bon pour les gens d’ici, mais aussi pour les touristes. »

MM. Distilio et Bilodeau estiment que d’autres boîtes à sacs pourraient éventuellement être installées dans des endroits stratégiques ailleurs sur le territoire, notamment aux abords de la rue Shefford, dans le Vieux-Village.

Recyclage du verre

Bromont devrait aussi lancer sous peu le recyclage du verre. Or, un problème logistique a quelque peu ralenti la progression du projet pilote. « Le conteneur à verre n’est pas encore à Bromont parce qu’il n’y en a plus. Ça démontre que plusieurs villes veulent faire partie du mouvement », a mentionné Louis Villeneuve.

La Ville fait actuellement des démarches pour faire fabriquer un conteneur, a dit le maire, précisant que la municipalité devrait recevoir l’équipement « d’ici un mois ». L’emplacement où il sera installé n’est toutefois pas arrêté.

Bromont acheminera le verre à l’entreprise 2 M Ressources, établie à Saint-Jean-sur-Richelieu, qui le conditionne pour la fonderie montréalaise Owens Illinois. « Si les gens répondent bien, a dit Louis Villeneuve, je pense qu’on est capables de faire le projet à coût nul. »