Eutiquio Alvarez a fait son entrée en politique municipale il y a tout près d'un an.

Vers un premier «vrai» mandat

Le maire sortant de Stukely-Sud, Eutiquio Alvarez, sera de la course à la prochaine élection.
« Je ne suis pas un politicien ; je suis un citoyen rigoureux », clame l'homme ayant fait son entrée en politique municipale il y a tout près d'un an. Le maire précédent, Gérald Allaire, avait démissionné en octobre 2016 pour des raisons personnelles.
Un autre candidat, Réjean Boutin, avait tenté de lui succéder. Une rencontre entre les deux aspirants maires s'était toutefois soldée par le retrait de M. Boutin en faveur de M. Alvarez.
Le nouveau magistrat s'était alors engagé à amener plus de transparence au conseil municipal. « On ne peut pas améliorer le passé, mais on peut améliorer le futur », avait-il alors affirmé à La Voix de l'Est.
Du pain sur la planche
Le nouveau maire a eu à gérer plusieurs dossiers laissés en suspens par son prédécesseur : une poursuite intentée contre la municipalité par l'entreprise bromoise Mini Excavations G.A.L. Inc, une plainte en déontologie à la commission municipale du Québec contre M. Allaire, l'appel de l'entreprise Normand Jeanson Excavation inc. contre un citoyen qui se plaint des désagréments subis par le passage de ses camions sur le chemin Robert-Savage.
C'était sans compter le dépôt d'une plainte au ministère des Affaires municipales par un citoyen jugeant que la municipalité avait contrevenu à sa politique de gestion contractuelle en acceptant d'importants dépassements de coûts dans la réalisation de travaux de réfection des chemins, de même que le dépôt par l'Ordre des ingénieurs du Québec d'une dizaine de constats d'infraction ciblant la municipalité et deux de ses officiers.
M. Alvarez a également dû composer avec l'absence de la directrice générale Louisette Tremblay, en congé de maladie depuis le mois d'avril. 
Rigueur
Après la transparence, la rigueur sera le motto de celui qui demande aux citoyens un premier mandat complet. « Il faut continuer sur cette voie, soulève M. Alvarez, particulièrement pour la réparation des chemins », qui demeure la principale dépense du village de quelque 1030 âmes.
Selon le maire sortant, les premières années du prochain mandat devront être allouées à la gestion rigoureuse des dépenses et à la réfection des chemins et des fossés de la municipalité. Les autres projets devront attendre.
« Il y a beaucoup de travail, reconnaît-il. Il faudra planifier les travaux pour les prochaines années à venir, pour au moins les trois prochaines années. Il faut tirer le maximum des sous qu'on a, en tenant compte de la hausse du coût de la vie. »
S'il le peut, M. Alvarez compte maintenir le taux de taxation pour les deux prochaines années. « Mais il faudra être rigoureux là aussi pour réussir », nuance-t-il.
Le candidat ne présentera pas d'équipe aux postes de conseillers. Il se réserve le droit d'appuyer certains candidats, si une course se dessine pour quelques sièges, mais en bout de ligne, ce seront les électeurs qui décideront avec qui il devra collaborer. « Ce sont les citoyens qui vont déterminer qui formera l'équipe du prochain conseil », note le maire sortant.