Le centre-ville de Granby pourrait avoir cette allure avec l’ajout d’un corridor de mobilité active.

Vers un nouveau centre-ville

Un corridor de mobilité active saisonnier, pour les piétons et les vélos, sera inclus dans le projet de réaménagement du centre-ville de Granby, ont décidé les élus lundi soir lors de la séance ordinaire du conseil. Ils ont, ce faisant, donné le coup d’envoi de ce projet majeur qui se déploiera en trois phases d’ici 2022.

« C’est un projet qui végète depuis 25, 30 ans et dont tout le monde parle. Il n’y a pas eu de conseil municipal qui l’a pris et qui l’a amené. Ce que je dis à la population, c’est qu’on va réaliser ce projet--là. C’est le grand coup d’envoi ce soir [lundi]. Et à l’unanimité, à part ça », a déclaré le maire, Pascal Bonin, aux médias au terme de la séance. 

Le conseil municipal a d’ailleurs innové en présentant durant la séance du conseil municipal un montage vidéo — réalisé par les employés municipaux — présentant une maquette virtuelle de l’allure que pourrait avoir la rue Principale. L’objectif visé : démontrer le concept imaginé par la Ville. « Ce n’est pas la finalité du centre-ville, a insisté le maire à quelques reprises. C’est un concept, un objectif, pour démontrer la pos-sibilité d’aménager un corridor de mobilité active. »

Selon le maire, Pascal Bonin, les projets de réaménagement de centre-ville, que ce soit dans d’autres villes québécoises ou ailleurs sur la planète, prévoient tous une plus grande place pour les cyclistes et les piétons. 

À Granby, ce corridor sera en place durant la saison chaude, mais la rue Principale retrouvera sa largeur usuelle l’hiver pour faciliter le déneigement et le stationnement. Il s’agit d’une idée « mitoyenne », estime le maire. 

Stationnement

Aux yeux du maire, l’ajout d’un corridor de mobilité active saisonnier n’affectera pas outre mesure les espaces de stationnement de la rue Principale. « On va conserver 78 % de l’espace de stationnement. On perd 15 ou 16 cases au total. Le stationnement n’est pas un enjeu dans le centre-ville parce que c’est prouvé qu’il y a 50 % du stationnement qui est libre. C’est juste que notre stationnement est en arrière-lot et il n’y a rien pour l’indiquer. Quand on va refaire le centre-ville, il va falloir que ça soit clair, net et précis, qu’on ait un système visuel qui indique où sont les cases », fait-il valoir. 

Selon Pascal Bonin, le nouvel aménagement ne devrait d’ailleurs pas avoir d’impacts négatifs pour les commerçants. 

Il semble par ailleurs que cette volonté de faire une plus grande place aux piétons et aux cyclistes au cœur de la ville — entre la rue Dufferin et le parc Miner — soit une idée qui a été évoquée par plusieurs lors des consultations publiques sur le réaménagement du centre-ville tenues par l’administration municipale il y a un an.

Prochaines étapes

Un mandat sera prochainement octroyé pour la réalisation, d’ici le mois de septembre, d’un plan directeur d’aménagement du centre-ville. Les professionnels devraient par la suite concevoir les plans et devis, entre les mois d’octobre 2018 et décembre 2019, afin que la première étape du chantier puisse être lancée en 2020, la deuxième en 2021 et la troisième en 2022, détaille Pascal Bonin. 

« On a eu d’autres gros projets dans le précédent mandat, que ça soit la bibliothèque ou le centre aquatique. Le conseil est expérimenté avec les dossiers difficiles. On va livrer le centre-ville et on va le livrer [payer] comptant encore une fois. Le train est parti de la gare », lance le maire. 

Le budget du projet de réaménagement du centre-ville devrait avoisiner 20 millions $, selon Pascal- Bonin. Une importante partie de cette somme est toutefois prévue pour le renouvellement des infrastructures urbaines et les travaux de voirie. La Ville pourrait bénéficier de subventions pour ce volet des travaux.