Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Sébastien Gagnon, président et directeur général de la Brasserie Dunham, et Martin Deslisle, président de KABIN, planchent sur un projet de terrasse de type biergarten à Dunham.
Sébastien Gagnon, président et directeur général de la Brasserie Dunham, et Martin Deslisle, président de KABIN, planchent sur un projet de terrasse de type biergarten à Dunham.

Vers un cœur villageois plus dynamique à Dunham 

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Le cœur villageois de Dunham pourrait ne plus jamais être le même. La Brasserie Dunham et Kabin préparent un nouvel espace où prendre un verre pendant que les enfants s’amusent au parc. L’Espace Dunham, inspiré des biergarten à l’allemande, pourrait accueillir ses premiers clients autour de la Fête nationale.

Le projet est en marche à la municipalité, alors que le vaste lot qui accueillait auparavant un terrain de balle doit être divisé en deux. Une partie de 1900 mètres carrés, située à l’arrière de la brasserie, sera vendue à l’entreprise brassicole. L’autre lot demeurera entre les mains de la municipalité, qui en fera un parc central pour les petits et grands.

« L’année dernière, il est passé 125 000 personnes à Dunham strictement pour la brasserie, affirme son président et directeur général, Sébastien Gagnon. Et c’est sans compter ceux qui sont venus pour la route des vins. Il y a un enjeu au niveau de l’accueil en saison touristique à la brasserie. Ce projet-là va permettre d’avoir une meilleure offre. »

M. Gagnon s’attend d’ailleurs à un été encore plus achalandé puisque les Québécois ont besoin de sortir. Cet espace devient alors nécessaire pour l’entreprise, qui s’est associée avec le groupe immobilier Kabin.

Les rassemblements ne sont peut-être pas au goût du jour actuellement, mais ils seront de nouveau permis dans un futur plus ou moins proche.

L’Espace Dunham a été pensé pour être rassembleur, pendant et après la pandémie, alors que les clients auront de l’espace.

« Ils nous ont montré des esquisses, ça va être très beau, commente le maire Pierre Janecek. Je pense que ça va plaire à tout le monde. »

Utile pour tous

En plus d’augmenter la capacité d’accueil de sa clientèle durant la période estivale, M. Gagnon estime que ce sera un ajout important pour la municipalité. La terrasse pourra notamment accueillir une famille avec son pique-nique ou son repas acheté dans l’un des restaurants locaux.

« Ça se veut un lieu de débordement, aussi, ajoute-t-il en se souvenant des files d’attente à certaines adresses au cœur du village. Je pense que ça va servir aux autres restaurants. »

Pendant que les parents dégustent leur verre de bière de la Brasserie Dunham ou un cidre de la région, les enfants pourront jouer au parc.

En plus de la terrasse, qui sera en partie couverte et aura un foyer central, deux bâtiments temporaires sont prévus. Le premier permettra d’acheter de l’alcool à consommer sur place et le deuxième proposera une offre alimentaire restreinte avec des produits locaux.

L’Espace Dunham sera exploité en haute saison, de juin à la mi-octobre, pour le moment du jeudi au dimanche. Les heures d’ouverture, de 11 h à 21 h, devraient aussi rassurer les voisins.

Plusieurs autres possibilités s’ouvriront avec ce « jardin de bières ». Sébatien Gagnon donne en exemple des projections de films pour enfants ou encore la tenue d’un festival hivernal ou d’un marché fermier.

« Il y a plein de possibilités, affirme le PDG de la brasserie. L’idée est de rendre ce site-là multifonctionnel pour différents projets. »

Terrain enclavé

Dunham adhère à ce projet depuis le début, selon M. Gagnon. À l’exception d’un conseiller, Léo Simoneau, tous les élus sont en faveur du projet.

Si toutes les démarches municipales se déroulent bien, le terrain sera vendu à l’entreprise au coût de 13 500 $.

Le conseiller Simoneau juge que ce n’est pas assez.

« Le prix est ridicule : 13 500 $ pour 20 000 pieds carrés, ça n’a aucun sens, dénonce-t-il. On est en train de subventionner un commerçant au détriment de d’autres. On a dépensé 200 000 $ pour déménager le terrain de balle au parc de l’Envol et on va en faire un parc. Et là on décide de mettre un bar-terrasse à côté. C’est incompatible. »

Le maire Pierre Janecek précise que le caractère familial doit demeurer au cœur du jardin de bières, ce qui permettra au contraire aux deux projets d’être compatibles. Le fondateur de la brasserie assure qu’il n’a nulle intention de transformer l’Espace Dunham en lieu de beuverie.

« Il faut faire attention, c’est un terrain qui est enclavé, ajoute le maire. On est allé chercher un prix de référence dans d’autres municipalités pour des terrains de la même grandeur, enclavé et sans service. On ne peut pas vendre trois fois le prix que ça vaut. »

M. Janecek croit que certains des clients que l’Espace Dunham amènera pourraient ensuite décider de s’installer à Dunham, ce qui est également un avantage pour le village. « Il faut penser à long terme. C’est pas juste l’argent. »

Deuxième vie

La modification du zonage est soumise à l’approbation des électeurs du secteur. Un avis de consultation publique a été publié cette semaine et les citoyens ont jusqu’au 1er avril pour faire parvenir questions et commentaires au service de l’urbanisme de Dunham.

Quant à elle, la Ville souhaite installer des jeux pour enfants, mais aussi un terrain de pétanque et des sentiers, énumère la directrice générale Mélanie Thibault. Le parc de planches à roulettes et la patinoire pourraient être revampés également. La butte de neige restera en place durant l’hiver.

De plus, une gloriette sera construite et pourra accueillir spectacles et cours de groupe.

« On est à travailler le projet chacun de notre côté, mais on revient ensemble, la Brasserie Dunham et la Ville, pour en discuter, conclut Mme Thibault. L’objectif à la base était de ramener les gens au village, de créer un espace où les gens partagent, s’amusent. On voulait donner une deuxième vie au parc derrière l’hôtel de ville. »