L’ouverture du nouveau centre aquatique à Granby est prévue à la fin de l’année 2020 ou au début de 2021, au plus tard, affirme le maire Pascal Bonin.
L’ouverture du nouveau centre aquatique à Granby est prévue à la fin de l’année 2020 ou au début de 2021, au plus tard, affirme le maire Pascal Bonin.

Vers l’ouverture du centre aquatique à Granby

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Chamboulé à plusieurs reprises, l’échéancier ne devrait plus changer cette fois. L’ouverture du nouveau centre aquatique à Granby est prévue à la fin de l’année 2020 ou au début de 2021, au plus tard, affirme le maire Pascal Bonin.

Celui-ci a fait cette affirmation mardi, alors que les travaux ont été acceptés de façon provisoire par les élus en début de semaine, lors de la séance du conseil municipal.

«Ça ne devrait pas bouger. Il n’y aurait pas trop de raisons pour que ça bouge. À 99%, c’est bétonné. C’est la première fois que je peux être aussi affirmatif avec les dates», lance Pascal Bonin.

La réception provisoire des travaux, réalisés par le Groupe TEQ, est un pas de plus vers l’aboutissement du chantier, qui entraîne des coûts de 33 millions $. Le projet a été lancé il y a près de trois ans, sur une portion du parc Dubuc, près du centre sportif Léonard-Grondin. Et l’ouverture a été repoussée à quelques occasions.

«C’est une grosse étape. On peut dire maintenant que le centre aquatique appartient aux citoyens. Il a été remis à la Ville. On est en train de fignoler et de réparer tout ce qui n’était pas dans les ordres de changement. On est en train de mettre ça à notre goût», se réjouit le maire.

En août dernier, celui-ci avait affirmé que le chantier n’a pas été facile. Au moment de l’entrevue, le dossier était entre les mains des avocats des deux parties pour régler les détails de la remise du bâtiment à la Ville.

«Très réussi»

Selon Pascal Bonin, le résultat sera néanmoins à la hauteur des attentes des citoyens. «Tout le monde a hâte de le montrer à la population. C’est un bâtiment qui est très réussi», estime-t-il.

Pour l’heure, la piscine Miner continue à accueillir les baigneurs, sur réservation et sur présentation d’une carte-loisirs valide, alors que la capacité d’accueil de l’endroit a été révisée à la baisse, dans le contexte de la pandémie.

La démolition de la piscine Miner était initialement à l’agenda à l’automne 2020, soit après l’ouverture du centre aquatique. Mais, dans les circonstances, un délai a été ajouté au contrat déjà accordé à l’entreprise Bertrand Ostiguy, au terme d’un appel d’offres. Le bâtiment disparaîtra vraisemblablement du paysage de la rue du Parc au printemps 2021.

Les gouvernements provincial et fédéral y vont d’une contribution conjointe de 20,5 millions $ pour la construction du centre aquatique. L’endroit portera en outre le nom de Desjardins en vertu d’un partenariat de 500 000 $ sur 10 ans conclu avec la Ville.