Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les astres semblent alignés pour que l’érable à sucre centenaire, surnommé «le Roi de la forêt», soit sauvegardé.
Les astres semblent alignés pour que l’érable à sucre centenaire, surnommé «le Roi de la forêt», soit sauvegardé.

Vers la sauvegarde du « Roi de la forêt »

Jean-François Guillet
Jean-François Guillet
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les astres semblent alignés pour que l’érable à sucre centenaire surnommé « le Roi de la forêt », enraciné au cœur de la seconde phase du projet domiciliaire Arborescence à Bromont, évite l’abattage.

« On a des pistes de solutions très réalistes. Notre objectif est de sauver l’arbre. On est en train de trouver un terrain d’entente avec la Ville pour la suite des choses », a fait valoir Hugues Ouellette, directeur général et associé au sein de l’entreprise immobilière Gestion Terrart, qui chapeaute le projet Arborescence.

L’immeuble projeté à l’emplacement de l’arbre doit regrouper 12 unités. Le déplacement du bâtiment fait notamment partie des pistes envisagées. « Mais notre but n’est pas de détruire des milieux naturels équivalents à l’arbre. Il y a une réflexion à faire », a indiqué M. Ouellette, spécifiant que la décision finale devrait être connue « d’ici un mois ».

Rappelons que le promoteur pourrait, en toute légalité, couper l’immense érable qui, selon l’évaluation de l’ingénieur forestier Luc Nadeau, a entre 150 à 200 ans et est « en très bonne santé ». Le spécialiste a affirmé en entrevue que cette espèce a normalement une espérance de vie avoisinant 200 ans.

« On a eu une excellente collaboration du promoteur lorsque le maire (Louis Villeneuve) l’a interpellé à propos de ce dossier. On sent vraiment qu’il cherche une avenue qui sera gagnante pour tout le monde », a souligné le directeur général de Bromont, Éric Sévigny.

Le directeur général de Bromont, Éric Sévigny

De son côté, Louis Villeneuve voit d’un très bon œil la tangente que prend le dossier. « À la Ville, on essaie autant que possible de faire de la préservation. Cet arbre est important. Il est situé dans un secteur prisé par la population. On s’est assis avec le développeur. On est sur la même longueur d’onde. C’est donc évident qu’on va trouver la solution pour que l’arbre reste encore debout pour longtemps, sans couper des dizaines d’arbres ailleurs. »

Modifications

En parallèle aux pourparlers pour sauvegarder le « Roi de la forêt », le promoteur a apporté plusieurs modifications au projet immobilier. Celles-ci concernent entre autres le retrait d’allées d’accès et de nombreuses cases de stationnement extérieures pour les phases 4 à 6. Les élus sont favorables à ces changements. « L’aménagement des stationnements souterrains réduit le déboisement nécessaire pour les allées de circulation et les cases de stationnement à l’extérieur. Ce changement réduit également les surfaces perméables. (Cela) permet une meilleure intégration du bâtiment dans la pente du terrain et diminue grandement la hauteur des remblais et des murs de soutènement devant les bâtiments. Le nombre de cases de stationnement intérieur sera suffisant pour le nombre de logements et des cases supplémentaires n’auront plus à être aménagées à l’entrée du projet », peut-on lire dans la résolution adoptée à l’unanimité.

Le maire de Bromont, Louis Villeneuve, a initié les discussions pour éviter l’abattage de l’arbre.