Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les dernières formalités permettant la démolition de la piscine Miner, désormais fermée, sont en voie d’être complétées. Un avis de démolition a été apposé sur le bâtiment de la rue du Parc.
Les dernières formalités permettant la démolition de la piscine Miner, désormais fermée, sont en voie d’être complétées. Un avis de démolition a été apposé sur le bâtiment de la rue du Parc.

Vers la démolition de la piscine Miner

Marie-France Létourneau
Marie-France Létourneau
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
La démolition de la piscine Miner à Granby a été évoquée à quelques reprises au cours des derniers mois. Les dernières formalités permettant la réalisation des travaux sont toutefois en voie d’être complétées. Un avis de démolition a été apposé sur le bâtiment de la rue du Parc.

Le comité de démolition de la Ville analysera les oppositions et commentaires reçus, s’il y a lieu, lors d’une séance publique qui sera tenue par visioconférence le 15 mars, à 17 h 30.

Car, selon la réglementation municipale, toute personne qui souhaite s’opposer à la délivrance du permis de démolition peut le faire, par écrit, à la directrice des Services juridiques et greffière de la Ville. Les citoyens ont jusqu’au dimanche 14 mars pour transmettre leurs oppositions, questions, observations et commentaires.

Ils peuvent déposer leur document au bureau des services juridiques à l’hôtel de ville ou encore dans la boîte rouge, située près de l’entrée de la rue Dufferin. Il est aussi possible de faire parvenir le tout par courriel à questions@granby.ca.

Si le feu vert est donné à l’émission du permis lundi, l’immeuble tombera sous le pic des démolisseurs dès les prochaines semaines, affirme le directeur du bureau de projets à la Ville, Daniel Surprenant.

Un contrat a déjà été accordé, au terme d’un appel d’offres, à l’entreprise Bertrand Ostiguy de Shefford, au coût de 317 331 $. Le mandat de démolition et décontamination de l’endroit a été octroyé en juin 2020 et devait être réalisé à l’automne 2020. Le projet a toutefois été retardé, car la construction du centre aquatique Desjardins de Granby (CADG) n’était pas complétée à l’époque.

La situation a cependant évolué. Le CADG est désormais ouvert depuis le 26 février dernier. Les équipements qui se trouvaient encore à la piscine Miner y ont été transférés.

Stationnement temporaire

À court terme, il est prévu qu’une partie du site libéré par la piscine Miner soit utilisée comme stationnement temporaire, dans le cadre de la première phase de l’important projet de réaménagement du centre-ville, explique Daniel Surprenant.

De 60 à 70 places y seront aménagées afin de permettre, principalement, aux commerçants directement affectés par le chantier d’avoir un endroit où garer leur voiture. Un système de vignettes devrait être mis en place afin de leur garantir des espaces, précise le directeur du bureau de projets.

D’abord prévue l’automne dernier, la première phase doit se dérouler entre les rues Saint-Hubert et Gill, à compter du mois d’août afin d’être complétée en novembre.

Si le stationnement temporaire aménagé sur le site de la piscine Miner répond à un besoin et est populaire, il pourrait d’ailleurs demeurer en place pour la deuxième phase de travaux. Celle-ci se déploiera l’an prochain entre les rues Gill et Dufferin. Une troisième phase est prévue en 2023, entre la rue Dufferin et le boulevard Mountain.

La vocation à plus long terme du site de la piscine n’a toutefois pas encore été déterminée. Cela fait partie de la réflexion du « futur parc Miner », relève Daniel Surprenant.

« Il faut voir ce qu’on veut faire pour le remettre à jour. On l’a identifié (dans le plan de réaménagement) comme place de la famille. Des propositions seront éventuellement amenées au conseil municipal », souligne le directeur du bureau de projets.