Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le directeur de la Santé publique, Dr Horacio Arruda, en conférence de presse, le 6 janvier dernier
Le directeur de la Santé publique, Dr Horacio Arruda, en conférence de presse, le 6 janvier dernier

Vérification faite: pas de grippe au Québec en ce moment?

Jean-François Cliche
Jean-François Cliche
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
L'AFFIRMATION: «Le directeur de la Santé publique, Dr Horacio Arruda, a dit en conférence de presse la semaine dernière que la grippe n’existait plus. Si vous avez des symptômes, a-t-il dit, eh bien c’est la COVID-19. Ce n’est pas un peu exagéré comme affirmation ? (…) Est-ce que ce n’est pas plutôt parce qu’on ne teste plus pour la grippe qu’on n’en trouve plus? À votre place, je creuserais le dossier parce que personne n’y croit», indique Luc Blanchet.

Je ne sais pas si «personne n’y croit», mais il semble en effet que cette déclaration a été accueillie avec beaucoup de scepticisme, si j’en juge par les nombreux lecteurs qui m’ont questionné là-dessus au cours des derniers jours. Alors voyons voir.

LES FAITS

DArruda a effectivement tenu des propos semblables le 6 janvier, bien qu’ils étaient plus nuancés que ce qui en a été fait sur les réseaux sociaux, à ce que j’ai pu voir. On peut les écouter sur la chaîne YouTube du CPAC  (voir à 29min40) : «Actuellement, a-t-il dit, il n’y a pas de grippe au Québec. Si vous avez des symptômes qui s’apparentent à la grippe, c’est probablement du COVID-19, on vous demande de vous isoler rapidement, d’aller passer un test (…) et d’attendre les résultats.»

Maintenant, est-il vrai qu’il n’y a pas d’influenza qui circule présentement au Québec? La Santé publique dispose d’un réseau de «cliniques sentinelles» qui testent tous les patients qui se présentent avec des symptômes semblables à ceux de la grippe (toux, fièvre, courbatures, etc.). À ce temps-ci de l’année, qui correspond généralement au plus fort de la saison de la grippe, ce réseau fait habituellement environ 6000 tests par semaine, dont autour de 30 % sont «positifs» à l’influenza — cela varie grosso modo entre 20 et 40 % d’une année à l’autre. Mais 2020 et 2021, évidemment, ne sont pas des années comme les autres.

Au cours des deux dernières semaines de décembre et de la première de janvier, entre 0 % et 0,2 % seulement des tests grippaux ont été positifs. D’après ces données-là, qui sont les meilleures disponibles et les plus récentes, il n’est donc pas exagéré de dire qu’il n’y a pas ou pratiquement pas d’influenza qui circule au Québec à l’heure actuelle : la saison de la grippe (qui débute «officiellement» quand 5 % des tests sont positifs) n’a tout simplement jamais commencé.

Il faut quand même faire un peu attention à ce qu’on fait dire à ces chiffres-là puisqu'ils ne sont pas directement comparables avec ceux des années passées, avertit l’Institut national de santé publique sur son site web. On ne fait effectivement qu’environ le dixième des tests qu’on mène habituellement — 550 à 600 par semaine au lieu de 6000 —, et quand l’effort de dépistage change à ce point, le suivi dans le temps devient un brin hasardeux.

Et il est bien évident qu’on ne parle pas ici d’une éradication complète et absolue. Il doit bien y avoir un certain nombre de cas d’influenza au Québec comme il y en a un peu tout le temps, mais c’est juste qu’il n’y en a apparemment pas assez pour qu’on en trouve avec la surveillance réduite de cette année.

Mais il n’empêche : l’idée que les mesures de distanciation sociale aient passé le K.O. à l’influenza est loin d’être tirée par les cheveux. De ce qu’on en sait, le virus de la grippe se transmet moins facilement que celui de la COVID-19, si bien qu’il n’est guère étonnant que le premier soit clairement tenu en échec par les mesures sanitaires, alors que le nouveau coronavirus court toujours.

Et puis, c’est en plein ce qui est arrivé en Australie. Comme ce pays est situé dans l’hémisphère sud, sa «saison de la grippe» est inversée par rapport à la nôtre et atteint généralement son sommet en août et septembre. On peut trouver sur le site de la santé publique australienne toute une série d’indicateurs pour s’en convaincre, mais le suivant me semble amplement suffisant : en général, entre 200 et 300 personnes sont admises dans un réseau d’«hôpitaux sentinelles» à chaque semaine à cause de l’influenza en août et septembre en Australie mais, en 2020, ces hôpitaux en ont compté un grand total de… 15, et pas seulement pour une semaine, mais pour une période de 8 mois (mars à novembre).

L’idée que la grippe est pratiquement absente du Québec ces temps-ci est donc tout à fait cohérente avec ce qu’on observe ailleurs dans le monde.

VERDICT

Vrai. La Santé publique fait près de 600 tests de grippes par semaine ces temps-ci et, même si c’est beaucoup moins que d’habitude, ne détecte pratiquement pas d’influenza. C’est une conséquence des mesures anti-COVID qui cadre bien avec ce qu’on connaît de la grippe et avec ce qu’on observe dans d’autres pays, notamment l’Australie.

DES INFOS À VÉRIFIER?

La déclaration d’un ministre vous paraît douteuse? Une information qui circule vous semble exagérée, non fondée? Écrivez à notre journaliste (jfcliche@lesoleil.com). La rubrique Vérification faite prendra le temps de fouiller les faits, en profondeur, afin de vous donner l’heure juste. Car nous non plus, on n’aime pas les fausses nouvelles.