Les entreprises qui ont répondu à l’appel ont eu l’aide de la MRC, qui a ajouté une section Brome-Missisquoi sur la plateforme transactionnelle maturin.ca, spécialisée dans les produits alimentaires.
Les entreprises qui ont répondu à l’appel ont eu l’aide de la MRC, qui a ajouté une section Brome-Missisquoi sur la plateforme transactionnelle maturin.ca, spécialisée dans les produits alimentaires.

Vente en ligne: des entreprises de Brome-Missisquoi répondent à l’appel de la MRC

Roxanne Caron
Roxanne Caron
La Voix de l'Est
Les efforts de la MRC de Brome-Missisquoi pour inciter les entrepreneurs de la région à propulser leurs activités vers le commerce en ligne ont porté leurs fruits. Quatre mois après avoir conclu une entente avec les plateformes transactionnelles lachatlocal.com et maturin.ca, 305 entreprises figurent sur l’un ou l’autre des sites qui ont généré 11 000 visites jusqu’à maintenant.

« On peut dire mission réussie », lance d’emblée Robert Desmarais, directeur général de la MRC et du CLD Brome-Missisquoi.

Ce dernier avait espoir qu’une centaine d’entreprises manifestent leur désir d’adopter un virage numérique, lors de l’annonce en avril dernier, en pleine pandémie.

Par cette initiative, la MRC a un double objectif: faire connaître les entrepreneurs et leurs produits au plus grand nombre de gens possible, mais aussi les sensibiliser à être présent sur le web, que ce soit pour la visibilité qu’il procure ou pour des ventes potentielles.

Les entreprises qui ont répondu à l’appel ont eu l’aide de la MRC, qui a ajouté une section Brome-Missisquoi sur la plateforme transactionnelle maturin.ca, spécialisée dans les produits alimentaires.

Les frais d’abonnement (12 $ par mois) pour les entreprises voulant y apparaître sont payés pour les six premiers mois. Pas moins de 40 entreprises agroalimentaires se sont prévaluent de cette offre jusqu’à maintenant.

Brome-Missisquoi s’est également associée avec le groupe OLIX qui détient le site lachatlocal.com, une plateforme réunissant des produits autres qu’alimentaires.

« Sur ce site, on a jachetebromemissisquoi.com. On est rendus à 265 entreprises présentes » souligne M. Desmarais.

La vague d’achat local bat son plein depuis le début de la pandémie. Le danger est toutefois que celle-ci s’estompe à la fin de l’été, estime Robert Desmarais, directeur général de la MRC et du CLD Brome-Missisquoi.

S’il est pour l’instant impossible de connaître le nombre de transactions effectuées sur ce site, M. Desmarais sait toutefois que l’initiative a permis aux gens de découvrir des entrepreneurs de la région. « Ça s’est probablement traduit par des achats directs en plus des achats en ligne », suppose-t-il.

L’engouement entourant la plateforme a permis de déceler quelques lacunes, notamment en ce qui concerne l’outil de recherche qui s’avère parfois inefficace en raison du grand nombre d’entreprises à répertorier.

« On regarde comment on peut améliorer les choses. Quand OLIX nous a approchés, il ne s’attendait pas à ce qu’on aille autant d’entreprises » relève M. Desmarais.

Le DG de la MRC avait estimé les coûts pour ce virage numérique entre 10 000 $ et 20 000 $ pour soutenir une centaine d’entreprises. Cette somme est toutefois appelée à augmenter.

Acheter local toute l’année

La vague d’achat local bat son plein depuis le début de la pandémie. Le danger est toutefois que celle-ci s’estompe à la fin de l’été, estime M. Desmarais.

« On voudrait que les gens gardent cette valeur à l’année », dit-il, soulignant que de nombreux produits sont disponibles en dehors de l’été.

« On veut développer le réflexe chez les consommateurs et chez les producteurs. Il faut que les entreprises aient ce souci que leurs produits soient disponibles à l’année. »