Les cloches de l'église Saint-François-Xavier ont retenti alors que la chrysalide de Zoé a été escortée à son dernier repos.

«Veille sur nous, belle princesse papillon»

C'était un peu pour la pleurer, mais surtout pour la remercier de son passage dans leur vie que plus d'une centaine de personnes ont dit au revoir à la petite Zoé Bernard, samedi, en l'église Saint-François-Xavier de Bromont. Déjà, plus d'une demi-heure avant la cérémonie présidée par le curé Réal Lanoie, les bancs s'emplissaient au son d'une mélodie jouée par la harpiste Isabeau Corriveau.
Puis, la harpe s'est tue et tous se sont levés solennellement pour l'entrée de la famille Bernard-Salois, qui suivait l'urne contenant ce qu'il restait de la chrysalide humaine de Zoé, devenue papillon. Une photo de la petite fille, ainsi qu'un papillon rose, étaient disposés au côté de l'urne, entourée de gerbes de fleurs devant l'autel.
Célébrer l'enfance
Un nuage de tristesse flottait au-dessus de l'assemblée, composée presque à parts égales d'adultes et d'enfants. Beaucoup de ceux-ci, des camarades de classe et des élèves qui fréquentaient la même école que Zoé, arboraient des autocollants de papillon sur leurs tempes, en hommage à celle qui nous a quittés pendant son sommeil, dimanche dernier. 
Du jubé, des enfants en appelaient d'autres, en bas, et les saluaient. Ils riaient, couraient dans tous les sens et s'étreignaient. Malgré le deuil, leur présence rappelait à tous toute la beauté et l'innocence de l'enfance, qu'on célébrait aussi samedi en mémoire de Zoé.
Cette dernière avait fait, à ceux qui l'accompagnaient samedi vers son envol, un cadeau bien spécial: plusieurs, jeunes et moins jeunes, tenaient dans leurs bras une des innombrables peluches qu'elle avait reçues en décembre. Souvenir d'une enfant au grand coeur qui a su toucher celui de milliers de personnes, bien au-delà de chez elle.
Tous les détails dans notre édition de lundi