Le système d’éclairage du Sentier de la rivière à Granby a été la cible de vandales à plus d’une reprise. Plusieurs lumières et boîtiers ont été brisés.

Vandalisme à répétition au Sentier de la rivière

Le Sentier de la rivière, aménagé en bordure de la rivière Yamaska, au centre-ville de Granby, n’attire pas que les amants de la nature. Des vandales y sont aussi actifs. Plusieurs dommages y ont été rapportés, confirme le coordonnateur de la division ingénierie au service de la planification et de la gestion du territoire (SPGT) à la Ville, Benoit Carbonneau.

Le système d’éclairage, à faible hauteur et intensité, a particulièrement été ciblé. Plusieurs lumières et boîtiers ont été abîmés. Et trois fois plutôt qu’une. « À date, on a déjà réparé les lumières deux fois. Et il y a encore eu des bris », relève M. Carbonneau.

Selon lui, il s’agit là de vandalisme pur et simple. « Il n’y a aucun gain financier à faire. Ils ne peuvent pas revendre ce qu’ils brisent. Ils ne partent pas non plus avec le socle de la lumière qu’ils brisent », ajoute-t-il.

Le coordonnateur de la division ingénierie au SPGT affirme que les coûts de réparation ne sont « pas énormes ». Mais cela est assurément désagréable pour l’administration municipale, car les réparations entraînent une gestion supplémentaire, des délais de livraison, etc.

Si certains correctifs ont été apportés, la situation fait néanmoins l’objet d’une analyse. « On veut continuer à réaliser des projets pour la population qui sont hors du commun. On continue à y croire. Mais on regarde présentement toutes les options pour que ça n’arrive plus. On va attendre un peu avant de procéder aux réparations parce qu’on veut faire des correctifs. On ne changera pas le système de lumières au complet, mais on regarde pour quelque chose anti-vandales. Est-ce qu’on met des caméras, est-ce que la surveillance policière peut être accrue ? Toutes les options sont devant nous », évoque Benoit Carbonneau.

Autres méfaits

Des graffitis ont aussi été réalisés à quelques reprises sur les panneaux d’interprétation. Lorsqu’ils sont signalés, des employés municipaux doivent se rendre sur place pour les effacer, souligne le coordonnateur de la division ingénierie.

Même durant le chantier d’aménagement du sentier, des actes de vandalisme ont été réalisés. « Les fenêtres d’une pelle hydraulique de l’entrepreneur chargé des travaux ont toutes été cassées », relève M. Carbonneau.

Un feu a aussi été allumé, « en plein jour », dans une des cheminées de maçonnerie disposées sur le sentier. « Une chance qu’on était sur place, le feu a pu être contrôlé rapidement », dit-il.

Le Sentier de la rivière, qui était en nomination au mérite Ovation municipale 2019, a été aménagé en deux phases depuis 2016. Accessible notamment par la passerelle Miner, il s’étire entre le belvédère aménagé près de la piste cyclable, près du pont Patrick-Hackett, et la rue Dorchester.

Un sentier « officieux » existait déjà, mais il n’était fréquenté que par les initiés. L’ajout notamment d’une passerelle aérienne en acier, d’une passerelle en bois au sol et la valorisation des vestiges du passé industriel de Granby, alors que la Miner Rubber y était autrefois établie, ont permis de mettre en valeur cet endroit méconnu de la population. Ne subsistent que les bruits de la rivière lorsqu’on s’aventure sur les traces du sentier, d’une longueur de près d’un kilomètre.