Le décrivant comme une personne réservée, gênée, peu volubile et renfermée sur elle-même, Michel Laurin est catégorique: Valentin Auclair aurait gagné à être connu.

Valentin Auclair: plus isolé que dangereux, témoignent des connaissances

Valentin Auclair, ce Granbyen accusé mardi de deux chefs d’incitation à la haine contre un groupe identifiable et d’un chef d’avoir préconisé le génocide, a davantage besoin de soins psychologiques que d’un séjour en prison, estiment des personnes l’ayant déjà côtoyé il y a quelques années.

Dans la tourmente depuis la publication, dimanche, d’un texte rédigé par le blogueur et professeur de philosophie Xavier Camus exposant ses nombreux messages xénophobes, racistes, homophobes et faisant l’apologie du nazisme sur Internet, M. Auclair a été arrêté à son domicile en fin de journée, lundi, après le dépôt d’une plainte au Service de police de Granby et la publication d’un article de La Voix de l’Est ayant fait grand bruit dans la province.

Le Granbyen Michel Laurin a fait parvenir une lettre au journal dans laquelle il indique avoir côtoyé M. Auclair il y a quelques années. « Il y a moins de dix ans, une ou deux fois par semaine, nous allions ensemble dans une assemblée religieuse. Je le voyageais et il nous est arrivé de prendre un café et de discuter ensemble. J’aimais bien sa présence et je crois bien que c’était réciproque », dit-il.

Le citoyen décrit Valentin Auclair comme une personne réservée, gênée, peu sûre d’elle, peu volubile et renfermée sur elle-même. « Valentin ne l’a pas facile. Il est différent, rejeté et isolé », explique-t-il.

C’est le constat qu’a aussi partagé un ancien compagnon de classe de M. Auclair. « Il s’agit surtout de quelqu’un qui a besoin de soutien. Je parle d’une personne avec une légère déficience, tout à fait inoffensive, très influençable et très isolée », a indiqué l’individu qui a côtoyé le trentenaire à l’école secondaire.

« Un être doux et intelligent »

Michel Laurin est catégorique : Valentin Auclair aurait gagné à être connu. « Sous sa carapace se cache un être doux et intelligent. Il aime apprendre, écrit-il. Lorsqu’un climat de confiance s’installe, Valentin demeure réservé, mais il aime te rencontrer et savoir que tu t’intéresses à lui. »

Le stage d’intégration qu’il a réalisé à la bibliothèque du Cégep de Granby au début de 2010 a été une grande source de fierté et de valorisation pour le prévenu. « Il disait que les gens du Cégep l’appréciaient. Pendant cette période, il faisait beaucoup de recherches sur Internet et j’admets que parfois, je trouvais qu’il allait loin, raconte M. Laurin. Mais jamais je n’aurais pensé que ça se rendrait jusque là. »

Le chemin des deux hommes s’est séparé il y a un peu plus de cinq ans, confirme ce dernier, choqué de voir le visage de son ancien ami dans La Voix de l’Est avec la nouvelle de son arrestation. Celui qui a été qualifié de sympathisant pronazi n’aurait jamais passé à l’acte, clame le Granbyen. « Oui, il est fort possible que Valentin soit obnubilé, obsédé par des sujets de lecture [qui] l’aient dirigé vers un quelconque extrémisme. C’est extrêmement malheureux qu’il exprime son mal-être en tenant des propos ignobles et décadents, mais jamais, le Valentin que j’ai connu n’userait de violences physiques pour exprimer un mal-être ou une frustration, une conviction ou quoi que ce soit », plaide-t-il.

« Selon ce que je connais bien de lui, il est dans une spirale de rejet. Il est isolé et sans soutien. Il a cherché à combler son vide en puisant dans un fanatisme attirant et facilement accessible pour lui par les réseaux sociaux », renchérit M. Laurin.

« Basculement »

Communiquant de la France via une adresse courriel encryptée, Mango133, qui n’a pas voulu révéler sa véritable identité, s’est dit perplexe d’apprendre l’arrestation de l’internaute qu’il a côtoyé il y a plusieurs années sur différents forums conspirationnistes et eschatologiques, c’est-à-dire qui traitent de la fin du monde.

M. Auclair s’y présentait sous le pseudonyme « Paul », qui se voulait une référence religieuse, explique notre source dans la quarantaine avancée. « Au départ, Paul postait des messages à caractère apocalyptique : imminence d’un krach boursier, d’une Troisième Guerre mondiale, accomplissement de prophéties, décrit Mango133. De temps en temps, un morceau d’un de ses messages me semblait limite, je le réprimandais, et il se défendait d’être raciste, se rappelant que Dieu, en qui il croit, avait créé toutes les races. »

La lecture de nombreuses publications de « Paul » sur les sites en question laisse effectivement croire qu’il s’agit-là de Valentin Auclair, certains propos tenus étant identiques ou fortement similaires à ceux publiés sur son profil VK.

Mango133 affirme avoir remarqué la radicalisation de Valentin Auclair. Des interactions avec un autre membre des forums, plus radical et manipulateur aux dires de notre source, auraient amplifié le repli de M. Auclair.

« À l’époque où Paul a commencé à verser dans la haine, cet individu l’a encouragé dans cette voie, et j’étais impuissant à le retenir. J’en garde un souvenir amer », dit-il.

L’élection du président américain Donald Trump a été, selon notre source anonyme, un point de non-retour. « C’est à ce moment que j’ai renoncé à le remettre dans un chemin moins mortifère que celui dans lequel il fonçait bille en tête », confie-t-il.

Mango133 allègue avoir contacté le Service de police de Granby par courriel, il y a deux ans, pour informer les autorités du « basculement » de l’homme et leur dire que celui-ci avait besoin de soins beaucoup plus que d’aller en prison.

« Sans doute aucune suite n’avait été donnée à l’époque..., déplore l’internaute. Le temps a passé, j’ai vu que certains de ses comptes avaient été fermés, que Paul avait migré sur VK et que son cas n’allait pas en s’arrangeant. »

« Je suis troublé, parce que je pense à son avenir, poursuit-il. Même si je n’ai pas réussi à le contenir quand il a dévié il y a deux ou trois ans, je l’ai considéré, à une époque, comme un ami virtuel. »

Le stage d’intégration qu’il a réalisé à la bibliothèque du Cégep de Granby au début de 2010 a été une grande source de fierté et de valorisation pour le prévenu.

Des soins

« Je m’interroge sur ce qu’on offre aux personnes intellectuellement et émotionnellement vulnérables. Ce ne sont pas des gens qui pensent méchamment ou qui agissent par cruauté lucide, mais qui se trouvent manipulés parce qu’ils sont isolés et sans défense. Je suis persuadé qu’il y a des milliers de Valentin qui se perdent dans les abysses d’Internet parce que c’est le seul lien social qu’il leur reste », réfléchit l’ancien collègue de classe de M. Auclair.

Michel Laurin abonde en ce sens. « Il y a des extrémistes violents sur Internet, mais il y a aussi d’autres personnes plus vulnérables qui les imitent pour avoir leur approbation. Valentin est de ceux-là », croit-il.

Tout en condamnant la nature de ses propos, le Granbyen est d’avis que Valentin Auclair n’a jamais saisi la portée de ses messages ni les conséquences de les publier sur Internet. Il souhaite que la situation actuelle lui permettra d’obtenir l’aide dont il semble avoir besoin. « Il était déjà stigmatisé et rejeté ; il le sera encore plus maintenant. Il faut faire attention et ne pas briser encore plus ceux qui le sont déjà », prévient-il.

« J’espère que Valentin recevra les soins appropriés, plaide Mango133. Et après ? Avec la magie du Web, son nom, Valentin Auclair, même s’il redevient qui il était, sera à jamais associé au ‘‘nazi de Granby’’ aux yeux du monde. »

Au terme de sa comparution, mardi après-midi, M. Auclair est demeuré détenu. Il subit cette semaine une évaluation psychiatrique.

Il doit revenir en Cour lundi prochain.