Le centre de services scolaire «considère que les profs n’ont pas autant de rigueur à la maison qu’à l’école, que certains voudraient en profiter pour faire une brassée de lavage ou préparer le souper», soutient la présidente du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska, Alina Laverrière.
Le centre de services scolaire «considère que les profs n’ont pas autant de rigueur à la maison qu’à l’école, que certains voudraient en profiter pour faire une brassée de lavage ou préparer le souper», soutient la présidente du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska, Alina Laverrière.

Val-des-Cerfs «ne fait pas confiance à ses employés» pour le télétravail, dit le SEHY

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Rares sont les enseignants de Val-des-Cerfs à qui l’on permet de télétravailler lorsqu’ils ne sont pas en présence d’élèves, une situation dénoncée par leur syndicat.

«Le centre de services scolaire persiste à demander à tous les employés d’être en présentiel, indique la présidente du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska (SEHY), Alina Laverrière. Il y a peu d’exceptions, sauf pour des raisons de santé ou de grossesse.»

Or, la Santé publique recommande le télétravail «autant que possible», dit Mme Laverrière, et les profs ont des périodes dédiées à la correction, aux appels de parents et pour les réunions de personnel qu’ils pourraient faire à distance.

Mais Val-des-Cerfs maintient sa position «parce qu’il ne fait pas confiance à ses employés», estime la présidente du SEHY. Selon Mme Laverrière, le centre de services scolaire craint que ses employés y perdent en productivité.

«Il considère que les profs n’ont pas autant de rigueur à la maison qu’à l’école, que certains voudraient en profiter pour faire une brassée de lavage ou préparer le souper, par exemple.»

La présidente du SEHY rappelle que les employés sont «à risque» face à la COVID-19 puisque le respect du deux mètres «reste difficile à appliquer dans la réalité des écoles primaires et secondaires».

Alina Laverrière reconnaît que la situation des écoles des Val-des-Cerfs n’est «pas tant pire» épidémiologiquement parlant, mais elle «maintient son inquiétude».

Directive

Au centre de services scolaire, on répond qu’un Projet de directive sur le télétravail est en préparation et a été soumis aux instances syndicales pour consultation. Ce document prévoit davantage de télétravail pour les employés qui le peuvent, mais cela pourrait être le cas uniquement si Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska tombent en zone rouge.

«La rentrée 2020-2021 s’est opérée en mode présentiel étant donné que nous croyons, de même que le ministère de l’Éducation, que la réussite éducative des élèves résulte notamment de leur présence en classe», écrit Paméla Blouin, coordonnatrice aux communications à Val-des-Cerfs.

«Considérant la situation épidémique qui s’aggrave dans notre région depuis les dernières semaines, notre document de travail présente de nouvelles orientations qui tiennent compte des services éducatifs et complémentaires requis en présentiel et prennent en considération les mesures sanitaires actuellement prescrites par la Direction de la santé publique ainsi que les règles de distanciation sociale à appliquer.»

Ce document laisserait toutefois une grande marge de manoeuvre aux directions d’écoles, dit Alina Laverrière.