«Ce qui change [avec la loi 40], c’est vraiment le mode de gouvernance, explique le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine. Élèves, enseignants, directions, employés: ça n’a pas changé.»
«Ce qui change [avec la loi 40], c’est vraiment le mode de gouvernance, explique le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine. Élèves, enseignants, directions, employés: ça n’a pas changé.»

Val-des-Cerfs: le DG prend les commandes

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Conséquence de la disparition des élus et des élections scolaires, c’est le directeur général de Val-des-Cerfs, Éric Racine, qui en devient la voix et le décideur officiel, du moins jusqu’en juillet.

Le futur conseil d’administration (CA) de ce qui était auparavant la commission scolaire — devenue un centre de services scolaires — prendra le relais après cette date.

Pour le commun des mortels, voilà les modifications les plus apparentes survenues avec l’adoption, le 8 février, de la loi 40 modifiant la gouvernance scolaire.

Les classes ont toujours lieu, les directions d’écoles sont toujours présentes et tous les employés du centre administratif de Val-des-Cerfs, situé rue Court à Granby, restent en poste.

« Élèves, enseignants, directions, employés : ça n’a pas changé, indique le DG Éric Racine en entrevue. Ça prend des services centraux pour soutenir les écoles et les élèves. Ce qui change, c’est vraiment le mode de gouvernance. »

Parole au public

Finis les élections et les élus scolaires, donc, et par le fait même les assemblées publiques de Val-des-Cerfs qui se tenaient habituellement les troisièmes mardis de chaque mois.

Il est toutefois prévu que des rencontres ouvertes à tous et à laquelle assisteraient membres du CA et responsables administratifs aient lieu avec, comme avant, une période de parole au public.

Les centres de services scolaires n’y sont pas tenus, mais le DG de Val-des-Cerfs y tient.

D’ici là, M. Racine s’affaire à redécouper le territoire de Brome-Missisquoi et de la Haute-Yamaska en cinq secteurs pour lesquels cinq membres du comité de parents et de conseils d’établissement d’école seront choisis pour siéger au CA.

Les modalités de sélection de tous les membres de cette future entité ne sont toutefois pas encore connues.

Rien ne dit non plus si ses membres pourront s’exprimer publiquement sur des enjeux touchant l’éducation. Éric Racine demeure un employé administratif et, à ce titre, ses prises de position seront « administratives et non politiques », dit-il.

Hormis le changement de gouvernance, la loi 40 prévoit que des pouvoirs additionnels soient dévolus aux directions et aux conseils d’établissement des écoles. Les enseignants dénoncent de leur côté une perte d’autonomie et une dégradation de leurs conditions de travail.

Remerciements

Toutes des choses sur lesquelles Éric Racine ne peut s’exprimer. « Tout ce que je peux dire, c’est que je prends acte des orientations du gouvernement, dit-il. Mon rôle est de mettre en place la transformation de la commission scolaire en centre de services scolaires et faire en sorte que ça réussisse. »

Le DG de Val-des-Cerfs tient à remercier chaleureusement les élus passés et présents — ils continueront de former un « comité de transition » jusqu’en juin — pour leur apport à la démocratie scolaire.

« Ils se sont acquittés de leurs mandats avec ardeur, engagement, dévouement et rigueur, et il faut souligner leur contribution exceptionnelle durant toutes ces années. »