On voit ici un des vastes terrains appartenant à Marielle Jetté, où pourrait notamment être érigé un hôtel en bordure du boulevard de Bromont si la modification des usages permis a l’aval des élus.
On voit ici un des vastes terrains appartenant à Marielle Jetté, où pourrait notamment être érigé un hôtel en bordure du boulevard de Bromont si la modification des usages permis a l’aval des élus.

Usages commerciaux: Bromont veut interpeller les citoyens

La pandémie force les municipalités à revoir leurs façons de communiquer avec les citoyens. Bromont ne fait pas exception. Or, lorsqu’il s’agit de dossiers sensibles, la Ville préfère permettre aux gens de donner leur opinion en personne. C’est le cas d’un dossier concernant des demandes de modifications au règlement de zonage, afin de permettre certains usages en zones commerciales, notamment en bordure du boulevard de Bromont.

La consultation publique devait avoir lieu en marge de la récente séance du conseil de Bromont, tenue lundi. Le maire Louis Villeneuve, de concert avec les conseillers municipaux, a décidé de reporter le dossier à une date ultérieure.

«J’ai un malaise avec le fait que c’est très difficile de faire des consultations publiques à cause de la COVID. Faire ça en ligne, ce n’est pas simple. Pour les citoyens, c’est difficile de s’y retrouver. On parle d’un dossier important et ça mérite une consultation publique digne de ce nom. Donc, on va attendre d’avoir le feu vert de la Santé publique pour permettre aux citoyens de se prononcer en personne.»

En fait, le dossier est lié à la refonte du plan d’urbanisme, en 2016. Depuis ce moment, plusieurs usages qualifiés «de plein droit» dans des zones commerciales sont assujettis à une série de conditions. Marielle Jetté, propriétaire de plusieurs terrains commerciaux en bordure du boulevard de Bromont, y voit une injustice et demande une rétroaction des usages permis.

«J’ai acheté les terrains à une valeur commerciale. Je veux remettre les vocations telles qu’elles étaient auparavant, a fait valoir en entrevue la femme d’affaires. [...] Ça fait deux ans que je travaille là-dessus.»

Marielle Jetté, propriétaire de plusieurs terrains en bordure du boulevard de Bromont.

Quatre zones

Les modifications d’usages permis touchent quatre zones commerciales. La première est le Carrefour champêtre, près de la sortie 78 de l’autoroute 10. Advenant le feu vert des élus, on pourrait y fabriquer des produits alimentaires artisanaux, y offrir des services personnels (coiffure, soins esthétiques, etc.) et y implanter une microbrasserie ou une microdistillerie.

Le second secteur est le centre commercial Place West Shefford. Les usages suivants pourraient être permis : la vente au détail de boissons alcoolisées, de vins et de spiritueux; le service de réparation et d’entretien (excluant l’entretien et la réparation de la machinerie industrielle, des véhicules ou des articles motorisés); puis la vente et les services animaliers.

La troisième zone est le centre commercial Les Sommets Bromont. L’usage « Établissement financier » n’y serait «plus limité à un établissement».

Le dernier secteur est situé de part et d’autre du boulevard de Bromont, dans le tronçon entre la rue Bleury et la Place West Shefford. La modification au règlement de zonage permettrait notamment la fabrication artisanale de produits alimentaires, les services de réparation et d’entretien, la vente et les services animaliers, les établissements financiers, les microbrasseries et microdistilleries, les établissements commerciaux de loisirs.

Levée de boucliers

Or, le point qui a suscité une levée de boucliers sur les réseaux sociaux est la possibilité de construire, dans la zone en bordure du boulevard de Bromont, un hôtel de quatre étages d’une superficie au sol maximale de 2000 mètres carrés.

Les terrains en question appartiennent à Mme Jetté. Selon la femme d’affaires, aucun projet en ce sens n’a officiellement été déposé. Or, elle est d’avis que l’ajout d’un hôtel à cet endroit répondrait à un réel besoin. «On va avoir un beau vélodrome couvert. Il y a donc un manque d’hébergement pour les jeunes. [...] Les hôtels, c’est parfait sur le boulevard de Bromont et sur le bord de l’autoroute. Pas dans un secteur résidentiel.»

Marielle Jetté estime qu’une volte-face des élus concernant les usages permis est incontournable. «L’usage conditionnel est très restrictif pour tout le monde, a-t-elle mentionné. C’est trop compliqué. Ça va décourager tout le monde de se bâtir et de lancer des projets.»

Selon elle, les propos contestataires de certains citoyens sont non fondés et n’ont pas leur place. «Je ne comprends pas l’attitude des gens qui s’opposent au développement. [...] Je le fais de façon harmonieuse. Avant de jeter la pierre, les gens devraient s’impliquer dans leur communauté.»