La vente d’un modèle réduit d’avion serait à l’origine d’une agression pendant laquelle une perceuse électrique a été utilisée, mardi, dans un appartement du centre-ville de Granby.

Une transaction se solde par une agression

Une transaction entourant la vente d’un modèle réduit d’avion a pris une tournure dramatique, mardi matin, dans un appartement du centre-ville de Granby. Le vendeur et l’acheteur potentiel en sont venus aux coups. À un moment, ils se seraient même frappés avec une perceuse électrique. Des accusations pourraient être déposées contre les deux individus.

Les policiers ont été alertés vers 9 h 30 sur le fait qu’une querelle venait de dégénérer dans un appartement de la rue Gill. Tout porte à croire que l’occupant des lieux, un homme de 55 ans, s’apprêtait à concrétiser une transaction pour vendre un modèle réduit d’avion. « La transaction a mal tourné », indique Guy Rousseau, porte-parole du Service de police de Granby. 

L’acheteur potentiel, un homme de 64 ans, et le vendeur en sont venus aux coups. À un moment, une substance qui ressemble à du poivre de Cayenne aurait été utilisée par un des deux hommes. Puis, à tour de rôle, ils se seraient frappés à l’aide d’une perceuse électrique. 

Le quinquagénaire a subi d’importantes blessures à la tête. Les paramédics lui ont prodigué les premiers soins avant de le transporter à l’hôpital de Granby où il était toujours hospitalisé mardi après-midi. Sa vie n’est pas en danger. Quant au sexagénaire, il a été arrêté et conduit au poste de police. À son tour, il a finalement pris le chemin de l’hôpital pour y soigner des blessures mineures à la tête. « L’enquête se poursuit. Probablement que les deux hommes seront accusés », indique le policier Rousseau.

L’appartement de la rue Gill, devenu une scène de crime, a été investigué par les policiers. Des techniciens du service de l’identité judiciaire de la Sûreté du Québec ont assisté les policiers de Granby dans leur enquête.

Les deux individus sont en liberté en attendant la suite des procédures.