Près de deux cents personnes étaient déjà rassemblées à l'Auberge Château Bromont deux heures avant la diffusion en direct de l'événement. Une centaine d'autres se sont ajoutées avant le moment fatidique.

Une soirée riche en émotions pour le clan Parrot

Dans la nuit de vendredi à samedi, c'est tout Bromont qui était ralliée derrière Maxence Parrot, qui s'est finalement classé cinquième à l'épreuve de Slopestyle. Même si le jeune athlète se trouvait sur un autre continent, la ferveur des siens, rassemblés à l'Auberge Château Bromont pour regarder sa performance en direct, effaçait les dizaines de milliers de kilomètres qui les séparaient.
La fierté et l'excitation étaient palpables, quelques heures avant la finale à laquelle le planchiste bromontois s'était déjà qualifié quelques jours plus tôt. Les couleurs du drapeau canadien étaient à l'honneur dans la salle de réception parée de bouquets de ballons et de nappes rouges et blancs. Des drapeaux miniatures étaient aussi remis aux partisans de Parrot.
Près de deux cents personnes étaient déjà présentes deux heures avant la diffusion en direct de l'événement. Une centaine d'autres se sont ajoutées avant le moment fatidique. Du nombre, notons la famille de Maxence - ses parents Alain Parrot et Suzanne Noël ainsi que ses soeurs Naomie et Serissa - et de nombreux amis et connaissances du jeune homme.
D'ailleurs, le clan Parrot commençait à peine à réaliser l'importance de ce moment dans la carrière du Bromontois. «C'est incroyable, les Jeux olympiques! C'est dans à peine quelques heures! s'est exclamée Naomie Parrot. On dirait que ce n'était pas vrai. Pour nous, ça ressemblait à une compétition comme les autres... jusqu'à maintenant!»
Une sensation que partageait également sa mère. «Je ne le réalise que maintenant, avec le monde autour de moi, avec la cérémonie d'ouverture des Jeux, confiait-elle. C'est sûr que j'aimerais être aux côtés de Maxence, mais je suis heureuse de vivre ce moment-là avec ma famille, nos amis et la communauté de Bromont.»
Tous les détails dans notre édition de lundi