La famille de Riley Fairholm s’est réunie pour tenir une vigile en son honneur jeudi soir.

Une soirée émotive pour les proches de Riley Fairholm

Il y a un an, jour pour jour, la vie des proches de Riley Fairholm a complètement basculé. Ce dernier a perdu la vie sous les balles d’un policier dans la nuit du 24 au 25 juillet 2018. Afin que personne ne l’oublie, sa mère a organisé une vigile jeudi soir à Knowlton au même endroit de son décès.

C’est à l’angle de la rue Victoria et du chemin Knowlton que Tracy Wing avait invité les gens à se rejoindre pour lui rendre hommage. Dès 19 h, une quarantaine d’individus s’étaient rassemblés sur place afin de soutenir la mère de Riley pour cette soirée forte en émotions.

« C’est vraiment une journée difficile. Je suis contente de voir qu’il y a autant de monde qui se rassemble afin de se remémorer Riley », a mentionné Mme Wing, très émotive.

Cet événement était l’occasion pour ses proches et ses amis de partager les souvenirs vécus avec l’adolescent. Il s’agissait aussi d’une belle occasion pour Tracy Wing de remercier les gens présents de leur support grandement apprécié.

Cette dernière préfère partager son histoire au lieu de la garder pour elle seule. Elle affirme que cela l’aide beaucoup dans son deuil. Ayant déjà eu un trouble de stress post-traumatique, parler de cette journée tragique est un remède idéal.

Tous les proches de la famille se sont réunis pour l’occasion. Plusieurs autres personnes ayant un lien avec le jeune homme se sont aussi déplacées.

C’est notamment le cas de sa voisine Karen Côté qui souhaitait l’aider dans cette épreuve éprouvante. « On vit dans un petit village et tout le monde se serre les coudes », affirme-t-elle. Elle n’est pas la seule, puisque Mme Wing a reçu un nombre important de messages dans la journée.

Pour ceux qui ne pouvaient rester pour la marche nocturne prévue à 21 h, la mère de la victime demandait d’allumer une chandelle afin de partager cette vague d’amour.

Mort tragique

Rappelons que le 25 juillet 2018, un appel a été fait au 911 en début de nuit pour signaler la présence d’un homme armé dans un lieu public. Les policiers dépêchés dans le secteur l’ont localisé dans le stationnement d’un ancien restaurant, à l’intersection de la rue Victoria et du chemin Knowlton.

L’adolescent avait en sa possession une arme de poing. Les agents ont alors tenté de lui faire lâcher le pistolet, mais sans succès. Les policiers ont donc fait feu et l’un d’eux a atteint mortellement le jeune Riley. Le rapport balistique a par la suite démontré que l’arme était un pistolet à CO2, selon les conclusions du Bureau des enquêtes indépendantes qui a terminé son rapport au printemps.

Ce qui a retenu l’attention est aussi sa publication Instagram avant la tragédie. Une heure avant d’être abattu, il avait publié sur le réseau social une photo noire accompagnée du message « I’m so happy knowing that I can make everyone’s lives easier and happier soon ». Il aurait donc eu l’intention de mettre fin à ses jours.

Transparence

Mme Wing y est allée d’un discours émotif sur la mort de son fils et elle a invité d’autres personnes ayant vécu la même situation qu’elle de prendre la parole. Plusieurs se sont notamment questionnés sur la transparence du corps policier dans leur dossier respectif.

« On veut des réponses, mais je ne sais pas si je vais en avoir », déplore Tracy Wing.

D’ailleurs, une pétition a été lancée afin que les agents aient une caméra en permanence sur eux. Cette initiative permettrait de protéger en même temps la police et la population. Quelque chose qui est pris très à cœur par Tracy Wing depuis la perte de son fils.