Patricia Gauthier, présidente-directrice générale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Sophie Séguin, présidente de la FIQ-SPSCE, ainsi que Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques, font partie des signataires de la nouvelle convention collectiv qui étaient plus que ravis de signer cette entente historique entre le CIUSSS de l’Estrie-CHUS et le plus grand de ses quatre syndicats avec quelque 5200 membres.

Une signature historique au CIUSSS

Voilà, c’est fait : le CIUSSS de l’Estrie-CHUS a officiellement signé sa première convention collective locale avec la FIQ-SPSCE (Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec - syndicat des professionnels en soins des Cantons-de-l’Est). Ce syndicat représente un peu plus de 5200 infirmières, infirmières auxiliaires, perfusionnistes cliniques et inhalothérapeutes.

La fierté et la joie étaient au rendez-vous pour cette signature historique, tant du côté patronal que syndical.

« Nous sommes parvenus à un accord négocié en maintenant de part et d’autre notre point de mire sur l’accessibilité, la qualité et la sécurité des usagers tout en visant un milieu de travail sain et agréable pour les employés », a souligné Patricia Gauthier, présidente-directrice générale du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

« La convention que nous signons répond aux préoccupations de nos membres, entre autres en restreignant la mobilité au sein du CIUSSS en permettant le rehaussement des postes. Il y est également prévu de maintenir les congés annuels lors d’un changement de poste », se réjouit Sophie Séguin, présidente de la FIQ-SPSCE.

« Cette nouvelle convention favorisera la stabilité dans les équipes, notamment avec la création de postes à temps complet et une meilleure coordination des horaires de travail », a ajouté Josée Paquette, directrice des ressources humaines, des communications et des affaires juridiques.

C’est un travail très compliqué qui a été abattu par les comités de négociations. « On parle souvent d’engagement, qui est une valeur importante de notre établissement, et on l’a bien vu de la part des membres des comités de négociations. Nous étions dans un contexte complexe de mener cette négociation en mode CIUSSS et nous avons tous appris des choses dans le processus », ajoute Mme Paquette.  

Rappelons qu’au moment de sa création en mai 2015, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS comptait 56 conventions collectives locales, dont 14 encadraient les conditions de travail des employés maintenant regroupés sous la FIQ-SPSCE.

« Nous avions 18 mois pour en arriver à une entente, ce qui n’était pas si long étant donné qu’il fallait en arriver à des ententes sur 26 matières dans un établissement aussi grand et diversifié qui comprend notamment un centre hospitalier universitaire », a renchéri Sophie Séguin.

Le CIUSSS est aussi parvenu à une entente de principe avec son personnel de bureau, les techniciens et les professionnels de l’administration, représentés par la CSN, et la signature officielle devrait avoir lieu sous peu.

Un processus de médiation est présentement en cours avec les deux autres syndicats. Le personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers est représenté par le SCFP-FTQ, alors que les techniciens et professionnels de la santé et des services sociaux sont représentés par l’APTS (Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux).

« Nous avons bon espoir d’en arriver à des ententes négociées avec nos deux partenaires d’ici la fin du processus de médiation prévu en février et mars », a assuré la PDG Patricia Gauthier.