Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Isabelle Charest n’a pas chômé au cours des derniers mois.
Isabelle Charest n’a pas chômé au cours des derniers mois.

Une session parlementaire bien occupée pour Isabelle Charest

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Isabelle Charest n’a pas chômé au cours des derniers mois. En plus de son rôle de députée dans Brome-Missisquoi pour la CAQ, elle porte aussi les chapeaux de ministre déléguée à l’Éducation et ministre responsable de la Condition féminine, ce qui l’a tenue bien occupée avec la propagation du coronavirus.

Les deux vagues de la pandémie ont représenté une gestion différente pour elle. La première touchait particulièrement la condition féminine, tandis qu’elle a été davantage occupée avec le volet sportif cet automne.

«C’est sûr que le rôle de député a été mis de l’avant dans les derniers mois, confie-t-elle en entrevue. Pour nous, ce qui était très important, c’était d’être près de nos organismes, de nos maires. On a été en contact constant avec eux. On a eu des rencontres plus fréquentes. Je pense que ça nous a démontré à quel point le rôle de député était important.»

«On fait une infolettre parce qu’il y a beaucoup d’informations à transmettre. Dans les temps plus critiques, elle était envoyée tous les jours, et quand c’était plus tranquille toutes les semaines. Ça a été excessivement apprécié. On était le point de chute pour trouver les informations.»

La pandémie a mis au jour certaines zones grises dans le monde du sport. Mme Charest donne en exemple le dek hockey qui n’a pas de fédération. Par contre, il fallait tout de même légiférer pour la pratique de ce sport durant la pandémie. Au début de la deuxième vague, plutôt que d’analyser sport par sport comme au printemps, son équipe ministérielle et elle y sont plutôt allées avec des conditions générales à respecter.

Près des citoyens

Une chose qui la rend particulièrement fière, dans les derniers mois, est le travail réalisé auprès des citoyens. «Plusieurs étaient dans une situation très précaire. Il y a eu beaucoup de travail de fait auprès d’eux. Mon équipe a été fantastique.»

Mme Charest est aussi fière de l’attitude des gens du milieu sportif qui étaient à la recherche de solutions pour leur activité et qui ont travaillé ensemble pour faire des protocoles respectant les mesures sanitaires.

C’est sans compter le travail accompli pour bonifier le plan d’action gouvernemental en matière de violence conjugale plus tôt en 2020.

Plusieurs actions

Durant les derniers mois, le bureau de la députée a remis des sommes considérables dans le milieu communautaire pour l’action bénévole et pour soutenir leurs missions. Il a soutenu l’achat local notamment en diffusant avec la MRC Brome-Missisquoi les coups de cœur de Mme Charest, travaillé pour que les bureaux mandataires de la SAAQ offrent plus de services, et a assuré une présence à la table de comité de travail dans le dossier de la ligne électrique Cleveland-Waterloo, suspendu pour l’instant.

La députée travaille aussi pour que l’organisme Pleins rayons, à Cowansville, puisse obtenir un financement récurant de la part de Québec. Elle a invité le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ainsi que la conseillère politique du ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux à rencontrer les administrateurs prochainement.

Elle fait de plus équipe avec différents intervenants pour un déploiement plus rapide de la fibre optique sur le territoire de sa circonscription.