Une dame a été approchée par un homme à la sortie du magasin Walmart, prétextant avoir besoin d’indications pour se rendre à l’hôpital. Pendant qu’elle l’aidait, un autre homme a volé son portefeuille.

Une septuagénaire fraudée

Une Granbyenne a payé cher le prix de sa bonté. Interpellée à la sortie d’un magasin, elle a accepté d’aider un homme à retrouver son chemin. Ce qu’elle ignorait à ce moment-là, c’est qu’un complice en a profité pour fouiller sa voiture où il a volé son portefeuille. Les fraudeurs ont ainsi pu lui subtiliser 4500 $.

La septuagénaire s’est rendue au Walmart de Granby, le 5 juillet. En revenant à sa voiture après avoir fait son magasinage, elle dépose ses achats et son sac à main sur la banquette arrière. Au même moment, un homme l’interpelle en lui demandant de lui expliquer comment se rendre à l’hôpital. « Il lui a demandé d’écrire l’itinéraire sur un papier. Ça a pris deux, trois minutes », raconte le conjoint de la victime qui a voulu préserver l’anonymat.

Pendant qu’elle fait dos à son véhicule, un autre individu — de mèche avec le premier homme — profite de cette diversion pour fouiller le sac à main de la dame et y voler son portefeuille. Après avoir fourni les renseignements demandés, la Granbyenne rentre chez elle sans se douter de rien. Ce n’est que le lendemain, en cherchant son portefeuille, qu’elle réalise le piège qui lui a été tendu la veille.

La septuagénaire a porté plainte au Service de police de Granby. Le mal était déjà fait. Les voleurs ont réussi à lui soutirer pas moins de 4500 $ en effectuant des retraits et des achats dans les heures qui ont suivi le crime.

Un autre cas similaire serait survenu en mai, informe Caroline Garand, porte-parole du corps policier. Aucun suspect n’a été appréhendé pour le moment. « C’est un dossier qui est toujours sous enquête. C’est une technique qu’on a déjà vue partout au Québec », dit la policière à propos du modus operandi des voleurs.

Le conjoint de la victime lance un appel à la prudence. « Nous sommes tous des victimes potentielles, affirme l’homme. Il faut inviter les gens à la vigilance si jamais ils sont placés dans un contexte semblable. »