Charles Gagné et Charles-Olivier Côté sont les délégués aux communications avec les médias pour le projet Objectif zéro.

Une semaine pour changer le monde

Charité bien ordonnée commence par soi-même. C’est pour cette raison que durant la semaine du 23 au 27 avril, des élèves de 5e secondaire de l’école Joseph-Hermas-Leclerc, à Granby, éduqueront leurs pairs au recyclage et au compostage dans l’optique de réduire la production de déchets au sein de l’école, et ultimement au sein de la société.

L’idée derrière ce projet, réalisé dans le cadre de l’option Jeunes Entrepreneurs, est de sensibiliser la population à sa consommation et à sa production de déchets au quotidien. En plus de compter pour la note finale des élèves, l’initiative a valu à la classe une distinction à la Fête de l’entrepreneuriat organisée par la Commission scolaire du Val-des-Cerfs.


«  On pense que d’apprendre aux autres élèves à recycler et à composter à l’école va les amener à le faire à la maison  »
Charles-Olivier Côté

Elle vient surtout répondre à un réel besoin, compte tenu de l’objectif du gouvernement de faire du Québec une province sans déchet d’ici deux ans. « Dans l’école, il n’y a quasiment rien pour recycler ou composter, déplore Charles Gagné, l’un des délégués aux communications avec les médias dans le cadre du projet. Les autres générations pensent que la nôtre se fout de l’environnement, mais c’est de notre avenir qu’il s’agit. Il faut que le changement commence maintenant. »

« On est très sensibles à la question, et on pense que d’apprendre aux autres élèves à recycler et à composter à l’école va les amener à le faire à la maison », renchérit son collègue Charles-Olivier Côté.

Plus d’un millier d’élèves, ça fait beaucoup de déchets, ont constaté les jeunes entrepreneurs. Avec les concierges, ceux-ci ont aidé à ramasser les déchets au terme d’une heure de dîner. Résultat, entre 100 et 200 livres de détritus sont produits chaque jour par ceux qui prennent leur repas du midi à l’école. Au terme d’une année scolaire, ce sont donc près de 30 000 livres, dont une grande partie pourrait être revalorisée, qui prennent le chemin des dépotoirs.

Tri et sensibilisation
Durant la semaine, on se chargera du tri de toutes les ordures générées dans l’école. Cinq stations seront aménagées aux endroits les plus fréquentés par les jeunes durant l’heure du midi. Des délégués seront sur place pour s’assurer que chaque élément prendra la route du bon bac et pour prodiguer informations pratiques et conseils pour mieux gérer les détritus.

Des kiosques d’information et d’activités animeront aussi la pause du lunch. Le tout sera visible, assure-t-on, afin d’encourager la saine habitude.

Comme les élèves gradueront à la fin de l’année, ils ont prévu un guide pour inciter leurs successeurs à poursuivre l’initiative dans l’enceinte de l’école secondaire. D’autres écoles de la région auraient démontré de l’intérêt pour emboîter le pas.