Les élus de Farnham ont réalisé la première séance du conseil municipal en utilisant la plateforme Zoom, lundi soir.
Les élus de Farnham ont réalisé la première séance du conseil municipal en utilisant la plateforme Zoom, lundi soir.

Une séance du conseil à saveur humaine à Farnham

Karine Blanchard
Karine Blanchard
La Voix de l'Est
La séance du conseil municipal de Farnham a eu une saveur particulière, lundi soir, alors que chaque élu siégeait dans le confort de sa résidence. En plus de traiter la cinquantaine de points à l’ordre du jour, dont certains concernaient la COVID-19, les élus ont livré des mots d’encouragement et des témoignages aux concitoyens.

C’était la toute première fois que la séance du conseil municipal se déroulait sur la plateforme Zoom. L’assemblée était par ailleurs diffusée en direct sur la chaîne Youtube de la municipalité. Tous les conseillers, le directeur général et le maire, Patrick Melchior, étaient installés devant leur écran à leur domicile respectif. Un exercice qui s’est bien déroulé, constate le maire. 

Les élus ont traité la cinquantaine de points qui figuraient à l’ordre du jour sans trop de difficulté malgré la distanciation. Une nouvelle formule a été proposée aux citoyens pour la période de questions qui leur est habituellement réservée à chaque séance. Ceux-ci ont jusqu’à mercredi 16h30 pour les acheminer par courriel à l’administration municipale. Le maire leur répondra en soirée ou jeudi. 

Des messages touchants

Fidèles à leur habitude, les élus ont tour à tour pris la parole à la fin de la séance. La teneur de leurs discours était teintée par la COVID-19. Des témoignages et des mots d’encouragement sentis ont été essentiellement livrés aux citoyens qui visionnaient la séance du conseil. 

Le conseiller Jean-François Poulin, qui s’est absenté plusieurs semaines en 2019 pour éviter de plonger à nouveau dans une dépression, a eu une pensée spéciale pour les personnes qui souffrent d’anxiété — ce qu’il vit — ou de toute forme de problèmes de santé mentale. 

«C’est important d’en parler. C’est important d’aller chercher de l’aide. Il y a des lignes d’écoute et de soutien», a-t-il rappelé en glissant du même souffle le numéro d’une ligne d’écoute et celle de prévention du suicide. 

Le conseiller Vincent Roy, enseignant à l’école secondaire Jean-Jacques-Bertrand, a invité les étudiants à entraîner le muscle le plus important de leur corps, le cerveau, en ce temps de pandémie. Il leur a proposé d’utiliser les outils disponibles sur le site de la Commission scolaire du Val-de-Cerfs, de jouer à des jeux de société et même de contacter leur enseignant pour poursuivre leur apprentissage. 

Victime d’un accident vasculaire cérébral à l’automne 2018, le conseiller Jean-Yves Boulianne a parlé de «compassion». Il a une pensée spéciale pour les familles dont la routine est bouleversée par les règles sanitaires imposées par le gouvernement. «On pense à vous», a-t-il mentionné.