Les nouvelles constructions dans Brome-Missisquoi contribuent pour beaucoup à l’augmentation de la richesse foncière uniformisée de la région.
Les nouvelles constructions dans Brome-Missisquoi contribuent pour beaucoup à l’augmentation de la richesse foncière uniformisée de la région.

Une richesse foncière en croissance dans Brome-Missisquoi

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
La vente de maisons à un prix plus élevé que l’évaluation et la construction de nouveaux bâtiments fait augmenter une fois de plus la richesse foncière uniformisée (RFU) de Brome-Missisquoi. La RFU a grimpé de plus d’un demi-milliard de dollars en 2020. Elle aura un impact positif sur le budget de la MRC Brome-Missisquoi, mais aussi sur les municipalités et leurs citoyens.

«En 2020, on avait une richesse foncière uniformisée totale pour toutes les municipalités de 10,4 G$. En 2021, on est rendu à 11 G$, ce qui fait une croissance totale de 572 M$ en une année, a exposé le directeur général de la MRC, Robert Desmarais, en séance publique mardi. De ces 572 M$, 305 M$ viennent de l’augmentation des valeurs sur le marché de l’immobilier. Un élément important, c’est qu’on a 267 M$ de nouvelles constructions. Ce sont de nouvelles maisons ou des rénovations.»

Même si le taux de taxation aux municipalités devrait diminuer un peu du côté de la MRC, le montant reçu des quotes-parts sera plus important grâce à la croissance de la RFU. Le budget sera adopté la semaine prochaine et permettra aux municipalités de compléter leur propre montage financier.

La RFU est calculée selon le prix des maisons vendues durant l’année précédente, dans ce cas-ci 2019, et celui des nouvelles constructions. Il est à parier qu’elle sera encore plus imposante l’an prochain avec la spéculation sur le marché de l’immobilier résultant de l’exode vers les régions en 2020. Cette tendance pourrait d’ailleurs se maintenir en 2021.

Au diapason

Les rôles d’évaluation foncière sont mis à jour aux trois ans dans chaque municipalité, mais elles ne le font pas toutes la même année, si bien que ces rôles ne suivent pas la tendance du marché en temps réel.

«Il y a un décalage au niveau des rôles d’évaluation. On est capable de voir quel était le marché immobilier en 2019, de sorte qu’on peut mettre tout le monde sur le même pied d’égalité, explique M. Desmarais en entrevue. Depuis cinq ans, la RFU a augmenté de 20 % dans la MRC. C’est quand même beaucoup.»

Quant aux nouvelles constructions, il s’agit de nouvelles taxes que les municipalités peuvent aller chercher, ce qui est particulièrement intéressant pour elles, souligne le directeur général de la MRC.

«En 2020, ceux qui avaient déjà des maisons vont payer moins cher pour les quotes-parts des municipalités parce que les nouvelles constructions vont amener un gain de 107 000 $ de nouvelles quotes-parts», a-t-il expliqué aux maires lors de la présentation du budget de mardi.