La Réserve naturelle de la Paruline-à-Ailes-Dorées couvre une superficie de 68,7 hectares dans le mont Brome.

Une réserve naturelle de 68,7 hectares au mont Brome

Une grande partie du flanc sud du massif du mont Brome devient une réserve naturelle. Le site de 68,7 hectares abrite plusieurs espèces d'oiseaux, dont la Paruline à ailes dorées, considérée menacée au Canada.
L'ajout de cette réserve porte à 12 840 hectares la superficie de milieux naturels protégés à perpétuité sur le territoire couvert par Corridor appalachien. L'organisme a initié les démarches, il y a quelques années, pour créer cette réserve naturelle. Il a entre autres choses accompagné le propriétaire du terrain.
«On trouve sur les Collines Montérégiennes une écologie particulièrement riche et distincte que nous devons préserver», s'est réjouie Mélanie Lelièvre, directrice générale de Corridor appalachien, par voie de communiqué jeudi.
Le propriétaire du terrain, qui tient à garder l'anonymat, dit vouloir assurer la pérennité de ce milieu naturel. Dans le communiqué, il dit faire ce don « pour la suite des choses. Parce que l'homme est une espèce trop envahissante. Pour passer aux suivants. Pour que nos petits-petits-petits-enfants puissent avoir une chance d'y goûter un peu à leur tour... »
La nouvelle réserve portera le nom de Réserve naturelle de la Paruline-à-Ailes-Dorées. Outre cet oiseau, on y retrouve en plus le Grive des bois, le Pioui de l'Est et plusieurs espèces d'oiseaux de forêts d'intérieur.
Elle accueille également la salamandre sombre du Nord, la salamandre à quatre-orteils et la grenouille des marais. Ce sont toutes des espèces menacées, fait remarquer Corridor appalachien.
Le massif du mont Brome est maintenant composé de 28,1 % d'aires protégées.
La nouvelle réserve n'est d'aucune façon liée au projet du parc des Sommets.