Le secteur des Boisés Miner demeurera un espace vert à tout jamais, alors que la Ville de Granby est sur le point de finaliser les démarches pour créer une réserve naturelle.

Une réserve naturelle de 273 hectares à Granby

Les territoires des Boisés Miner et du lac sur la Montagne seront finalement protégés à perpétuité avec la création d’une réserve naturelle d’ici la fin de l’année, a annoncé le maire de Granby, Pascal Bonin.

« Ça a été long, très long, soyons honnêtes. Mais le cadenas est maintenant mis et on a perdu la clé. Ce que ça veut dire, c’est que ça va rester comme c’est là. Pour les citoyens qui nous demandent de faire plus d’efforts pour l’environnement, voilà un geste à long terme. On est assurés de cette protection-là à tout jamais », a déclaré M. Bonin lors de la dernière séance du conseil municipal.

En clair, cela signifie qu’un prochain conseil municipal ne pourra pas changer le zonage ou la vocation de ces milieux naturels par le biais d’une résolution, a expliqué le maire aux médias en mêlée de presse.

Le statut de réserve naturelle, qui devra faire l’objet d’une publication dans la Gazette officielle du Québec, permet de protéger à perpétuité les deux secteurs visés. Cette démarche assure ainsi « la protection et le maintien de l’affectation de ces propriétés à des fins de conservation, tel que le prévoit l’article 57 de la Loi sur la conservation du patrimoine naturel », est-il relevé dans un communiqué émis par la Ville de Granby.

La réserve naturelle de Granby englobera deux secteurs : celui du lac sur la Montagne (autrefois connu sous le nom de lac Coupland), d’une superficie de 148,2 hectares, et les Boisés Miner, d’une superficie de 124,4 hectares.

Longues démarches

Ce projet est loin d’être nouveau. Les démarches ont été initiées en 2014 avec l’octroi de mandats à l’organisme Corridor appalachien pour qu’il entreprenne les démarches afin que la Ville obtienne le statut de réserve naturelle pour les deux territoires.

Une résolution autorisant la création de la réserve naturelle de Granby a par la suite été adoptée en octobre 2015 et le dépôt de la demande de reconnaissance a été effectué en début d’année 2016 au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC).

Ce dernier a toutefois mis sur la glace l’ensemble des demandes qui lui avaient été adressées pour effectuer une révision du cadre réglementaire entourant la création d’une réserve naturelle, est-il souligné.

Le dossier n’a ainsi repris son cours qu’en juin 2018 et a dû faire l’objet d’une révision entière à la lumière des nouveaux critères. Le nouvel étang à chauve-souris aménagé l’an dernier dans les Boisés Miner a, dans la foulée, été intégré à la réserve naturelle.

Depuis l’hiver 2018, le Zoo de Granby est aussi responsable de la conservation et de la mise en valeur des Boisés Miner, en vertu d’un protocole d’entente avec la Ville.

Le secteur du lac sur la Montagne, l’une des deux sources d’alimentation en eau de Granby, fera partie de la réserve naturelle de Granby.

Activités maintenues

Le maire Bonin assure par ailleurs que le nouveau statut de ces territoires verts ne changera rien aux activités qui s’y déroulent, dont la randonnée pédestre, en particulier aux Boisés Miner. « Il y a déjà des activités aux Boisés Miner. Et on ne voulait pas d’une réserve naturelle où on n’est plus capable de mettre les pieds dedans », dit-il.

Selon lui, les Boisés Miner permettent aux citoyens d’être en lien avec les différentes initiatives environnementales qui y sont mises de l’avant. « Il fallait se donner une marge de manoeuvre pour qu’on soit capables de faire des activités. C’est ce qui a été complexe à amalgamer avec le gouvernement », fait valoir Pascal Bonin.

Le directeur général adjoint de la Ville, Gabriel Bruneau, confirme que la suite des démarches administratives devrait se dérouler rondement afin de clore le dossier d’ici la fin de l’année 2019.

Détail : bien que situé sur le territoire de Shefford, le lac sur la Montagne appartient à Granby, car il représente l’une des deux sources d’alimentation en eau de la ville. Il fournit 7 % de la quantité totale d’eau traitée à la Centrale de traitement d’eau, souligne la conseillère municipale responsable des dossiers en environnement, Catherine Baudin.

Il est aussi prévu, dans la résolution adoptée par les élus, que la Ville de Granby continuera à faire respecter les deux baux consentis pour l’exploitation d’une érablière et l’utilisation d’une antenne de radio sur le territoire du lac sur la Montagne.

« Nous nous devons d’assurer la sauvegarde de ces écosystèmes d’une grande richesse, de ces paysages et des espèces animales et végétales qui s’y retrouvent », a déclaré Pascal Bonin.