En tout, 16 707 élèves ont repris le chemin des classes dans Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska, lundi. Pour ceux du secondaire, comme ici à l’école Joseph-Hermas-Leclerc de Granby, leur absence des murs de l’école aura duré cinq mois.
En tout, 16 707 élèves ont repris le chemin des classes dans Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska, lundi. Pour ceux du secondaire, comme ici à l’école Joseph-Hermas-Leclerc de Granby, leur absence des murs de l’école aura duré cinq mois.

Une rentrée scolaire sans trop d’anicroches

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Il y a plein de nouvelles règles à respecter et les déplacements à l’intérieur des écoles sont limités, mais la rentrée des élèves du centre de services scolaire du Val-des-Cerfs s’est déroulée sans trop d’anicroches, lundi.

La distanciation physique n’est pas toujours facile à respecter, mais pour le masque, ça va, a affirmé Maëlle Lacroix, élève de 5e secondaire à l’école l’Envolée de Granby, au terme de sa première journée en classe.

«Tout le monde le respecte», a indiqué l’adolescente de 16 ans inscrite au Programme d’éducation international au sujet du port du masque. Les élèves, tout comme les membres du personnel, sont tenus de le porter lorsqu’ils se déplacent à l’intérieur ou qu’ils s’approchent de quelqu’un d’autre, à l’exception des jeunes faisant partie d’une même classe.

Mais garder un mètre de distance avec autrui «ça, c’est plus difficile», a reconnu Maëlle. Surtout dans les corridors et lors de l’arrivée matinale des étudiants.

En classe, les élèves vont pour la plupart demeurer dans un seul local pour tous leurs cours afin de réduire les déplacements. «On ne peut pas voir nos amis comme on le voudrait. C’est différent, mais c’est plus simple», a relevé Maëlle, qui était enthousiaste de revoir ses amis et connaissances. «Ça fait du bien de revoir le monde et de recommencer la routine!»

Elle ne croit pas que l’année scolaire sera plus difficile malgré les circonstances. «Je pense qu’on va s’habituer», a-t-elle assuré.

Si le port du masque ne semble pas poser de problèmes, la consigne visant à garder un mètre de distance avec autrui s’avère plus difficile à respecter, notamment dans les corridors et lors de l’arrivée matinale des étudiants.

Enseignement à distance

Hormis les impératifs du masque, du lavage des mains et de la distanciation physique, le retour à l’école après cinq mois d’absence, au secondaire, est marqué cette année par des choix de cours optionnels plus restreints. Et plusieurs élèves goûteront à nouveau à l’enseignement à distance.

«Le plan du ministre de l’Éducation permet une formule d’enseignement hybride selon la réalité de chaque école», a indiqué Paméla Blouin, coordonnatrice aux communications au centre de services scolaire du Val-des-Cerfs.

Par exemple, le manque de locaux à l’école secondaire de la Haute-Ville fait en sorte que certains élèves de 4e et 5e année recevront un enseignement «hybride», soit avec des cours à distance un jour sur deux.

Pour appuyer élèves et enseignants dans cet exercice parfois laborieux, Val-des-Cerfs a investi 1,3 M$ au cours des derniers mois pour acquérir de l’équipement informatique supplémentaire.

En tout, 10 429 élèves du primaire et 6278 du secondaire ont repris le chemin des classes, lundi, dans Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska.

Atmosphère

Au primaire, l’accueil se faisait différemment selon les établissements, lundi, et les parents n’avaient pas accès aux cours d’école.

«Ça ressemble à l’atmosphère que les profs ont connue à la mi-juin», a relevé Alina Laverrière, présidente du Syndicat de l’enseignement de la Haute-Yamaska. «Ça semble bien se dérouler», a-t-elle ajouté.

En tout, 10 429 élèves du primaire et 6278 du secondaire ont repris le chemin des classes, lundi, dans Brome-Missisquoi et la Haute-Yamaska. Ils sont transportés par 168 autobus et 59 berlines et soutenus par 1143 enseignants, 667 membres du personnel de soutien, 109 professionnels et 100 cadres.

À la commission scolaire des Hautes-Rivières, ce sont pas moins de 19 070 élèves qui font leur retour en classe de façon progressive en Montérégie-Centre.