Plein Rayons, un organisme d’insertion professionnelle de jeunes adultes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle, souhaite acquérir un minibus pour transporter ses éducateurs et ses apprentis chez les producteurs agricoles de la région qui feraient appel à leur aide.
Plein Rayons, un organisme d’insertion professionnelle de jeunes adultes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle, souhaite acquérir un minibus pour transporter ses éducateurs et ses apprentis chez les producteurs agricoles de la région qui feraient appel à leur aide.

Une région qui déborde de projets entrepreneuriaux

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Le programme des Bourses d’initiatives en entrepreneuriat collectif (BIEC) a dévoilé lundi les 52 projets déposés dans le cadre de son plus récent appel de candidatures.

Plusieurs projets pourraient devenir réalité sur le territoire desservi par La Voix de l’Est, où 17 candidatures tenteront de gagner la faveur du public et d’un jury. En voici un bref aperçu.

MRC Haute-Yamaska

Le projet d’aménagement de serres et de jardins pédagogiques sur le terrain de l’école Haute-Ville, qui a fait l’objet d’une campagne de sociofinancement plus tôt cette année, figure parmi les candidatures. Ce projet d’économie sociale et circulaire permettrait aux élèves du programme de sciences et technologies de la première à la troisième secondaire de s’initier à l’agriculture biologique, de découvrir les différents métiers du domaine agroalimentaire tout en étant sensibilisés à la protection de l’environnement, à la biodiversité. La culture de fruits et de légumes locaux, la récolte de semences d’asclépiades, la plantation d’annuelles dans les plates-bandes de l’établissement et l’expérimentation du compostage et du lombricompostage seraient également enseignées aux jeunes participants.

L’organisme Noburo, qui a pignon sur la rue Cowie à Granby, souhaite réaménager ses installations du 3e Impérial. En abattant le mur qui divise la salle de formation et la salle à manger de cet espace de coworking, on espère accueillir davantage d’événements et de travailleurs sur place. «La convivialité et la bienveillance sont deux valeurs fondamentales de Noburo. Si ces valeurs sont d’abord incarnées par les hôtes et les participants, nous souhaitons aussi qu’elles se matérialisent par la nouvelle configuration de l’espace et par une attention particulière portée à l’expérience virtuelle», a-t-on fait savoir.

MRC Brome-Missisquoi

Pour sa part, Cœur du village, Productions, derrière la Salle Alec et Gérard Pelletier de Sutton, mise sur la bourse pour se moderniser, notamment en procédant à une refonte de son site Internet pour le rendre accessible autant sur un ordinateur que sur une tablette ou un téléphone mobile, mais aussi pour le rendre plus facile à mettre à jour et ainsi en diminuer les frais de gestion. «Le site doit être engageant autant au niveau de ses contenus, de sa présentation visuelle que dans sa navigation. Il importe d’actualiser l’interface graphique du site afin d’être plus attrayante et qu’elle s’arrime aux normes d’ergonomie et de navigation actuelles», mentionne le dossier de candidature.

S’il touche la bourse, l’organisme Musique et Traditions Illimitées de Sutton souhaiterait mettre sur pied la première mouture de l’événement Showcases Sutton en 2021, une version numérique des concerts présentés chaque année en temps normal. Les six vitrines musicales, présentant un maximum de 25 minutes par prestation pour les six artistes invités lors du festival, seraient mises en vente et les revenus divisés équitablement entre les artistes et l’organisme producteur.

Du côté de Cowansville, l’organisme Sur la scène Davignon On Stage voudrait procéder à l’installation d’une colonne de type Morris au centre-ville afin de pouvoir y afficher les différents événements culturels ayant lieu dans la municipalité.

À Bromont, le Centre national de cyclisme souhaite rendre son site plus accessible et convivial pour ses visiteurs, notamment par l’ajout de signalisation et l’aménagement de zones de repos permettant les échanges entre les usagers.

Une bourse d’initiative en entrepreneuriat collectif permettrait à la Coopérative Bois d’exception, à Frelighsburg, de se doter d’un séchoir sous vide en vue de produire du bois d’oeuvre sous sa marque de commerce locale et écoresponsable.

La coopérative Adélard aimerait quant à elle réaliser une étude de marché dans l’optique d’offrir des ateliers créatifs en milieu scolaire et dans les camps de jour de la Montérégie, l’an prochain.

Le Repaire – Espace collectif pour l’apprentissage en famille, souhaite pour sa part offrir des activités adaptées aux besoins des familles qui le fréquentent. Son projet inclut «la recherche et la réservation des fournisseurs d’activités, la gestion des inscriptions et des paiements, la coordination et l’organisation des activités dans les locaux de l’organisme.»

Le Théâtre de la Dame de coeur envisage de revoir son offre de services pour traverser la pandémie. La bourse servirait entre autres à réaliser une étude de marché préalable à l’élaboration de nouveaux ateliers dans les écoles et pour poursuivre sa mission culturelle en y ajoutant un volet numérique.

Pleins Rayons, un organisme d’économie sociale et d’insertion professionnelle de jeunes adultes vivant avec un trouble du spectre de l’autisme ou une déficience intellectuelle, souhaite acquérir un minibus pour transporter ses éducateurs et ses apprentis chez les producteurs agricoles de la région qui feraient appel à leur aide dans leurs champs.

Une bourse donnerait également naissance au projet Mutatis de la Récolte des Générations, qui vise principalement à cartographier les expertises de Brome-Missisquoi afin d’alimenter une série d’ateliers pratiques propices au partage des connaissances. «L’idée du projet a germé au printemps, en plein confinement. C’était comme si, alors qu’on était virtuellement plus connectés que jamais, nous nous étions progressivement déconnectés de la nature et de ses principes les plus élémentaires pour nous retrouver profondément isolés. Le besoin de mieux comprendre les transformations en cours, de nous préparer à la transition écologique, économique et sociétale et reprendre contact avec notre environnement est alors devenu criant», indiquent les soumissionnaires.

Enfin, la Coop Agrobio du Québec envisage la recherche et l’achat d’un logiciel pour faciliter la commercialisation des grains biologiques par ses membres, et plus précisément pour effectuer le suivi des inventaires.

MRC D’Acton

Quatre projets ont été soumis dans la MRC d’Acton, à commencer par celui d’Action Sport Vélo, qui souhaite acquérir un logiciel et de l’équipement informatique pour faciliter à la fois ses transactions et la gestion de son inventaire dans ses deux points de vente.

Ressources-Femmes de la région d’Acton aimerait pour sa part démarrer et opérer, de façon durable, un groupe d’achats qui permettrait à ses membres d’avoir accès, à meilleur prix, à de nombreux aliments et à apprendre à les apprêter, le tout dans un contexte qui permet la socialisation et brise l’isolement. Ce projet se veut une poursuite du Plan d’action supralocal intégré de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale de la MRC d’Acton 2012-2015 où la sécurité alimentaire est prioritaire. Il s’inscrit aussi dans l’un des axes du Plan stratégique de développement de la MRC d’Acton 2016-2020 et du Plan de développement de la zone agricole.

Le Théâtre de la Dame de coeur envisage par ailleurs de revoir son offre de services pour traverser la pandémie. La bourse servirait entre autres à réaliser une étude de marché préalable à l’élaboration de nouveaux ateliers dans les écoles et pour poursuivre sa mission culturelle en y ajoutant un volet numérique.

Parlant de virage numérique, Radio Acton aimerait bien continuer sa mise à niveau technique en renouvelant son équipement, ce qui lui permettrait de développer de nouveaux partenariats et de consolider son marché actuel.

Enfin, la Corporation de développement de la Rivière Noire aimerait miser sur un appui financier afin d’offrir une cure de jouvence à son site Internet pour le rendre plus convivial.

MRC de Rouville

Deux projets déposés au programme de bourse visent la construction et l’aménagement d’infrastructures pour produire et offrir des produits maraîchers de qualité à la population avoisinante.

D’abord, l’organisme d’insertion professionnelle Les Jardins de la Terre, à Saint-Paul-d’Abbotsford, a l’oeil sur une serre chauffée de 3500 pieds carrés adaptée à la culture de plants de tomates, concombres et poivrons biologiques. Grâce à cette acquisition, l’organisme pourrait accroître son offre et ainsi répondre à la demande croissante pour des fruits et légumes frais locaux, et ce, à raison de sept mois par année.

Ensuite, la nouvelle initiative en économie sociale Alternative Aliment-Terre, qui souhaite éviter à de nombreux fruits et légumes imparfaits d’être gaspillés, aurait besoin d’un cabanon pour entreposer les produits ainsi récupérés. On compte y préparer les aliments destinés à la congélation, qui seront par la suite revendus à prix modique.

Vote

Le vote se tient en ligne depuis lundi matin et se déroulera jusqu’aux douze coups de minuit, le 29 novembre prochain. Le vote du public, jumelé à l’évaluation des projets par un jury, au début de décembre, servira à déterminer les récipiendaires des bourses, qui pourront aller jusqu’à 10 000$ chacune afin de permettre aux projets de se concrétiser.

Les lauréats, soit un par MRC et agglomération de la Montérégie, seront annoncés le 16 décembre prochain.