Marie-Hélène Apollon tentera de se faire élire dans le district 10, à Granby.

Une quatrième candidate se lance dans la course du district 10

Le district 10 à Granby est convoité. Une quatrième candidate, Marie-Hélène Apollon, tentera de ravir ce siège de conseiller municipal, le 5 novembre prochain.
La mère de famille de 34 ans a précisé, en pointant son ventre rond, « ne pas être seule dans la course » puisqu'elle doit accoucher en décembre. Elle assure néanmoins avoir bien réfléchi à sa situation et a décidé de faire le saut.
« Je suis déjà maman. Je ne serai pas en terrain inconnu », a-t-elle fait valoir. « Je crois sincèrement que la population a tout à gagner que le conseil municipal représente une belle diversité. Je pense que les jeunes familles ont besoin d'être bien représentées. Julie (Bourdon, la conseillère sortante du district trois) le fait déjà très bien. Mais deux mères de famille au conseil, ça ne peut pas être de trop », estime Mme Apollon. 
Cette dernière a une feuille de route bien remplie en matière d'implication sociale et communautaire. Elle est entre autres présente sur le conseil d'administration de deux OSBL et organismes communautaires. Elle dit avoir participé à différentes campagnes de financement au fil des ans et avoir collaboré à l'organisation d'activités avec Vie culturelle et communautaire de Granby.
Elle a notamment oeuvré à la Maison des jeunes et à la Corporation de développement communautaire Brome-Missisquoi. Jusqu'à tout récemment, elle agissait comme agente de liaison auprès d'un organisme de défense des droits, actif avec la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) en Montérégie. 
Interpellée
Le départ du conseiller sortant, Michel Mailhot, qui ne sollicite pas un nouveau mandat après un parcours politique de 20 ans, a incité Marie-Hélène Apollon à tenter sa chance lors de cette élection-ci. 
« Si le (district) 10 n'avait pas été libéré, je ne me serais pas lancée. Les autres districts ne m'interpellent pas autant. (...) Les autres candidatures sont arrivées avant que je prenne ma décision. Mais je me dis : si je ne le fais pas là, la prochaine opportunité, c'est dans quatre ans. Où je serai dans quatre ans ? Je ne peux pas le prévoir », fait valoir la candidate. 
Celle-ci souligne que le district 10 est celui qui l'a vu grandir et où elle a ses habitudes à pied, à vélo, en voiture, avec sa famille. « Les réalités, les besoins et les défis (du 10) me parlent », dit-elle.
Priorités 
Si elle est élue, Marie-Hélène Apollon affirme vouloir apporter une attention particulière à la fluidité de la circulation, notamment aux ponts Patrick-Hackett et de la Gare, où le développement des secteurs au sud de la ville pourrait à moyen terme accentuer la problématique des déplacements. 
« Dans une volonté de revitalisation du centre-ville », la « vulnérabilité » de la population préoccupe aussi la candidate. « Ça doit être tenu en compte. Ça ne peut pas être fait sans l'apport du communautaire. Un travail de collaboration doit être fait », dit celle qui croit que la Ville a aussi encore du travail à faire en matière d'environnement, où elle pourrait devenir « un chef de file ». 
Marie-Hélène Apollon a quitté Granby quelques années. Lorsqu'elle y est revenue, elle dit avoir trouvé un dynamisme qui l'allume. « J'ai le goût d'en faire partie et de laisser ma trace autrement qu'en m'impliquant bénévolement un peu partout. J'ai le goût de mettre en place des choses qui vont perdurer dans le temps », déclare-t-elle. 
Outre Mme Apollon, André Plouffe, Patrick Girard et Catherine Baudin tenteront aussi de se faire élire dans le district 10.