Les fenêtres de l’ancienne gare de Saint-Armand seront remplacées par des fenêtres modernes.

Une pétition s’oppose au changement de fenêtres à l’ancienne gare de Saint-Armand

Une pétition circule sur Internet afin que la municipalité de Saint-Armand reconsidère le changement de fenêtres à l’ancienne gare, qui loge aujourd’hui les bureaux municipaux. Le conseil municipal s’apprête à remplacer les fenêtres d’origine par des fenêtres modernes, ce qui fait frissonner d’horreur des amateurs de patrimoine bâti.

Le citoyen et ébéniste Emmanuel Peluchon a eu vent du projet du conseil par l’artisan qui a œuvré à la restauration de l’ancienne gare, il y a quelques années. D’importants travaux ont été faits à l’intérieur et à l’extérieur de la gare pour restaurer l’immeuble à valeur patrimoniale, même si elle n’est pas inscrite au Registre du patrimoine culturel du Québec, afin d’y installer les bureaux municipaux.

Selon la mairesse de Saint-Armand, Caroline Rosetti, entre 450 000 $ et 500 000 $ ont été investis par la municipalité pour une restauration dans les règles de l’art.

« Quand on dépense de grosses enveloppes pour la restauration d’un bâtiment, il ne faut pas mettre en péril ce qui a été fait », estime M. Peluchon, qui a lancé la pétition dimanche matin. En moins de 48 heures, plus de 400 signatures avaient été recueillies.

Les fenêtres d’origine de l’ancienne gare, inaugurée en 1865 par la Montreal & Vermont Junction Line, sont des fenêtres à guillotine avec contrepoids qui ne sont plus fabriquées aujourd’hui. Les contre-fenêtres ont pour leur part été installées dans les années 80. Ce sont ces contre-fenêtres que l’architecte en restauration suggère de remplacer, selon la pétition de M. Peluchon.

Ce dernier croit que la décision de se départir des fenêtres d’origine affectera la valeur financière et patrimoniale de l’ancienne gare, fermée en 1956 avant d’avoir de nouvelles fonctions.

Prévu au PTI

Le remplacement des fenêtres extérieures de la mairie est prévu dans le plan triennal d’immobilisation adopté en février dernier. Le sujet est ensuite revenu à la table du conseil en avril et en septembre. Dans les deux derniers cas, le point était ajouté à l’ordre du jour après la publication de celui-ci. Le sujet n’a pas non plus été abordé dans les publications de la Voie municipale, le bulletin de Saint-Armand.

M. Peluchon est conscient qu’il pourrait aller aux séances du conseil, mais il n’en a pas le temps. Il croit que plusieurs citoyens sont dans le même bateau. « Et même si à distance je lis l’ordre du jour, il n’y avait pas de point clair sur cet aspect-là. C’est pour ça qu’encore moins de monde est au courant. »

Il comprend que les employés ont besoin d’être confortables en hiver, mais il croit que d’autres solutions pourraient être étudiées.

Déjà commandées

Avec la résolution adoptée à la majorité en septembre — le conseiller Normand Litjens s’y est opposé — le conseil a attribué le contrat à Fenêtres Belle Vue inc. La directrice générale avait demandé des prix à six entreprises. Fenêtres Belle Vue a été la seule à y répondre avec une proposition à 46 120 $. La somme sera payée grâce au Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec. Les fenêtres seront en bois, mais recouvertes en aluminium extrudé à l’extérieur.

« Je ne parle pas aux journalistes, a répondu Martine Loiselle, directrice générale de Saint-Armand. Si j’ai pas le OK [du conseil] pour expliquer les choses, je n’y vais pas », a-t-elle répété aux questions du quotidien.

Elle s’est contentée de dire que les fenêtres pourraient même être livrées la semaine prochaine.

Possiblement temporaire

« On a décidé présentement d’y aller pour les fenêtres en aluminium sachant que ça peut être une solution temporaire. Pour l’instant, les fenêtres ne sont pas efficaces. Les spécialistes qu’on m’a recommandés m’ont mentionné que le problème de la gare, c’est la ventilation et le taux d’humidité » qui est trop élevé, indique Mme Rosetti, qui était conseillère municipale lorsque le processus a débuté.

L’air chaud pénètre entre les deux fenêtres et crée de la condensation. Au moins une fenêtre est également mal isolée.

« Pour l’instant, c’est une solution abordable », qui pourrait être temporaire ou permanente. « Pour le reste des commentaires, il y aura un message dans la Voie municipale. Je préfère que mes citoyens voient le message dans la Voie municipale plutôt que dans le journal », commente également la mairesse.