La vitesse et la présence de poids lourds sur le chemin Lakeside, à Lac-Brome, font l’objet d’une pétition en ligne.
La vitesse et la présence de poids lourds sur le chemin Lakeside, à Lac-Brome, font l’objet d’une pétition en ligne.

Une pétition pour réduire la vitesse sur le chemin Lakeside

Cynthia Laflamme
Cynthia Laflamme
Initiative de journalisme local - La Voix de l'Est
La vitesse et la présence de poids lourds sur le chemin Lakeside font une fois de plus jaser à Lac-Brome. Une pétition initiée par Alexandre Nadeau circule actuellement sur Internet pour réclamer la réduction de la vitesse permise, la présence de radars pédagogiques et une signalisation pour prévenir les conducteurs de la présence possible d’enfants.

Ce n’est pas la première fois qu’un Bromois se plaint de la vitesse sur l’étroit et sinueux chemin Lakeside. Le sujet a fait l’objet d’articles dans La Voix de l’Est depuis au moins quinze ans. Des citoyens se plaignent depuis longtemps du non-respect de la vitesse dans cette zone de 50 km/h.

Quelques opérations policières ont permis de distribuer des constats d’infraction au fil des ans. Encore en octobre 2019, un homme avait écopé d’une contravention salée pour avoir roulé à plus de 100 km/h dans la zone de 50 km/h de cette route numérotée.

L’auteur de la pétition explique que les automobilistes et camionneurs mettent souvent en danger les résidents — qui doivent traverser la rue pour se rendre à leur voiture ou à leur garage —, les marcheurs, les coureurs et les cyclistes en dépassant la limite de vitesse permise.

« Certains sont des résidents qui ne respectent pas les limites et certains sont probablement des transporteurs commerciaux qui n’ont pas d’affaire à Lac-Brome et qui transitent par le chemin Lakeside car les logiciels de navigation les font passer par cette route pour sauver du temps, écrit Alexandre Nadeau dans sa pétition. Le chemin Lakeside est un joyau touristique et représente un des segments les plus pratiqués par les cyclistes et les coureurs de la région de l’Estrie. Le trafic actuel met donc en danger quotidiennement des centaines de personnes inutilement à cause d’une mauvaise gestion de la sécurité. Ceci doit être rectifié au plus vite. »

La problématique soulignée par M. Nadeau concerne principalement la portion comprise entre le 596 et le 635 chemin Lakeside.

« La plupart des maisons à cet endroit-là sont situées sur le bord du lac, mais leur garage, leur remise ou leur stationnement est de l’autre côté de la rue. Ils doivent traverser souvent. J’étais policier ici pendant 32 ans et ce n’est pas la première fois que nous recevons des plaintes, admet le maire Richard Burcombe en entrevue. Mais c’est le ministère des Transports du Québec qui a la responsabilité du chemin. »

Le chemin Lakeside est une route numérotée (route 243), ce qui permet aux poids lourds d’y circuler. Par définition, cette route est donc plus solide que les chemins municipaux, ajoute M. Burcombe. De nombreux camions se dirigent chez KDC, au centre de Knowlton.

De plus, comme le chemin Lakeside est de la responsabilité du MTQ, c’est le ministère qui peut approuver le changement de vitesse ainsi que l’installation de pancartes et de radars pédagogiques permanents.

Récolte de données

La Ville de Lac-Brome placera, d’ici deux semaines, un radar éducatif mobile sur le chemin Lakeside pour récolter des données sur la vitesse et le nombre de véhicules qui passe quotidiennement. La municipalité en possède quelques-uns et ils sont déjà déployés. Ils sont installés à des endroits clés pour deux semaines avant d’être déplacés, ce qui explique ce délai.

Les données récoltées permettront d’aiguiller la Sûreté du Québec.

Une plus grande surveillance policière permettrait de faire diminuer la vitesse sur ce tronçon, mais M. Burcombe doute cependant que ce soit possible.

« Quand vous mettez un règlement en place, il faut avoir le personnel pour surveiller ça. C’est toujours la même question. Nous continuons les démarches avec la Ville de Bromont pour une desserte policière, mais pour le moment on est avec la Sûreté du Québec. On va quand même transférer la requête à la SQ pour une surveillance accrue à cet endroit-là. »

Le projet de desserte policière avec le Service de police de Bromont permettrait à Lac-Brome d’économiser quelques centaines de milliers de dollars par année tout en ayant un service amélioré, estime le maire.

En date de mercredi midi, 54 personnes avaient signé la pétition sur le site petitionenligne.com. Alexandre Nadeau n’a pas répondu à notre demande d’entrevue transmise via ce site.