Plus besoin de monnaie pour les parcomètres au centre-ville de Granby. Le stationnement sera gratuit jusqu’à la fin août.
Plus besoin de monnaie pour les parcomètres au centre-ville de Granby. Le stationnement sera gratuit jusqu’à la fin août.

Une pause de parcomètres au centre-ville de Granby

Plus besoin de monnaie au cours des prochains mois pour les parcomètres du centre-ville de Granby. Afin de stimuler la relance économique et donner un coup de main aux commerçants, le stationnement sera gratuit jusqu’à la fin août, ont décidé les élus.

«C’est une initiative de la Ville pour aider les commerçants. On a fait tellement d’efforts pour avoir des commerces au centre-ville. On continue à les soutenir», a fait valoir mardi le maire Pascal Bonin aux médias au terme de la deuxième séance ordinaire du conseil municipal en mai.

La mesure, qui s’inscrit dans la même veine que la gratuité du stationnement mise de l’avant chaque année durant la période des Fêtes, est en vigueur à partir de ce mercredi. Elle s’appliquera jusqu’au 30 août.

La situation sera réévaluée à la fin de l’été, à la lumière des décisions qui seront prises pour la session automnale du Cégep de Granby. «On verra si on prolonge ou pas», dit le maire.

«C’est une initiative de la Ville pour aider les commerçants. On a fait tellement d’efforts pour avoir des commerces au centre-ville. On continue à les soutenir», a fait valoir mardi le maire Pascal Bonin aux médias au terme de la deuxième séance ordinaire du conseil municipal en mai.

Selon le sommaire décisionnel remis aux élus, dont les médias ont obtenu copie, cette décision se traduira pour la Ville par une perte de revenus d’environ 20 000 $, soit de 5000 $ par mois.

Les revenus des parcomètres sont déjà en baisse, alors que la pandémie les a fait chuter de 75%, soit d’environ 15 000 $ par mois.

Le revenu moyen mensuel des parcomètres du centre-ville pour les mois de mai à août est habituellement de l’ordre de 20 000 $ par mois, est-il souligné dans la documentation de la Ville.

Prudence

Pascal Bonin est bien conscient que les temps ne sont pas faciles pour les commerçants. «On est capable de faire ce genre de mesures. Notre situation financière nous permet de le faire», dit-il.

Celui-ci réitère que la Ville a notamment su garder un taux d’endettement stable au cours des sept dernières années. «On a une marge de manoeuvre», dit-il tout en notant toutefois vouloir agir avec prudence et se garder «des munitions».

Pour l’heure, l’aide à laquelle auront droit les municipalités de la part des gouvernements n’a pas encore été détaillée, fait-il valoir.