Le terrain avant de l’église St-George fourmillait d’activités, mardi. Le site deviendra un jardin public axé sur la biodiversité.
Le terrain avant de l’église St-George fourmillait d’activités, mardi. Le site deviendra un jardin public axé sur la biodiversité.

Une nouvelle place qui prend vie devant l’église St-George [PHOTOS + VIDÉO]

Isabel Authier
Isabel Authier
La Voix de l'Est
Une nouvelle place publique est en voie de naître au centre-ville de Granby, cette fois devant l’église St-George. Mardi, une petite armée de bénévoles s’activait pour transformer la simple pelouse en un jardin de la biodiversité.

Seaux et pelles à la main, des élèves de 5e année de l’école Parkview participaient à cette corvée d’aménagement, sous la supervision d’adultes. Au milieu de ce beau brouhaha, Bernard Valiquette supervisait les opérations. Le responsable des communications et de l’éducation relative à l’environnement pour la Fondation SÉTHY (Sauvegarde des écosystèmes du territoire de la Haute-Yamaska) pilote le dossier depuis le début.

Il se réjouissait de voir enfin les choses progresser. «L’église St-George est très ouverte à la communauté; ils ont tout de suite été enthousiastes à l’idée de cette place», dit-il.

Pour réaliser le projet, M. Valiquette a pu compter sur le soutien financier de la MRC de la Haute-Yamaska, de la Caisse Desjardins Granby Haute-Yamaska, de l’école Parkview et de la Ville de Granby, qui a fourni 4300 $ et du soutien technique. Le plan d’aménagement du site a d’ailleurs été dessiné par Danielle St-Jean, contremaître aux Travaux publics.

On y retrouvera notamment des arbustes fruitiers pour alimenter les oiseaux, des vivaces pour attirer les pollinisateurs, quelques arbres, des bancs, des cabanes d’oiseaux et des nichoirs à insectes.

Tout cela dans un souci de biodiversité. «C’est important d’apprendre aux jeunes l’importance de l’écosystème, qu’ils sachent que tout est interrelié», indique M. Valiquette, en saluant la fibre environnementale de l’école Parkview avec qui il a déjà collaboré dans le passé.

Pour l’enseignante Marie-Christine Nault, ce genre d’activité permet d’intéresser les jeunes à la nature plus concrètement qu’à travers de simples notions apprises en classe. «Ça leur apporte de la fierté de voir qu’ils peuvent faire une différence, dans un milieu tout près de l’école en plus. Chaque petit geste compte», souligne Mme Nault.

Mardi, l’heure était à l’épandage du terreau et du paillis. Mais les élèves devraient consacrer encore quelques jours à enjoliver le site. Ils pourraient même être invités à faire des semis qui serviront à la plantation le printemps prochain.

Les travaux se dérouleront en effet cet automne, pour se poursuivre en 2021, dès le retour des beaux jours.

Pas de murale

Rappelons qu’après maints pourparlers, l’Atelier 19 ne réalisera pas l’immense murale extérieure initialement prévue sur le bâtiment adjacent au terrain de l’église. Elle fournira cependant trois bancs de parc peints et recouverts de mosaïque, de même que les maisons d’oiseaux.

Au lieu de la fresque, il est possible que le mur soit recouvert de verdure.

Une nouvelle place publique est en voie de naître au centre-ville de Granby, cette fois devant l’église St-George.

Ouvert sur les gens

L’idée est de faire de cet endroit «un lieu de rencontre et de partage», mais également «un lieu de détente et de contemplation», selon M. Valiquette. «Le plan est circulaire. C’est symbolique. On a voulu garder la place ouverte pour inviter les gens.»

Pour John Tétreault, le responsable de l’église St-George et de ses terrains, l’aménagement de cette place était attendu depuis un moment. «On travaille depuis deux ans sur ce projet, rappelle-t-il. Pour nous, c’est un embellissement de la propriété et de l’église en même temps.»

Ce dernier imagine volontiers les passants prendre un jour place dans ce jardin pour se faire bercer par la musique. «Le terrain est grand. Les gens pourraient s’asseoir sur les bancs ou sur la pelouse pour assister à des spectacles, autour du piano public par exemple.»

L’instrument devrait reprendre sa place devant l’église l’été prochain, après une éclipse due à la COVID-19, comme ce fut le cas de tous les pianos publics de Granby cet été.

M. Tétreault espère, par ailleurs, que la tenue de spectacles intérieurs reprendra bientôt à l’église. La salle, qui commence à être de plus en plus connue dans le réseau des diffuseurs, pourrait accueillir 50 personnes, selon les règles de distanciation.

Toute la programmation a été annulée, mais ce dernier multiplie les démarches pour relancer les activités. Il espère avoir de bonnes nouvelles d’ici dix jours. «Plus il y a de musique, plus il y a de culture, mieux c’est!»