L’ancien dragon Serge Beauchemin, qui a aussi lancé la plateforme Alias entrepreneur·e via laquelle il offre son expertise et ses conseils sous forme de courtes capsules vidéos, a conclu le 9e Colloque régional de mentorat.

Une journée dédiée à l’entrepreneuriat

Pas moins d’une centaine de gens d’affaires se sont réunis à l’Hôtel Castel mercredi pour assister au 9e Colloque régional de mentorat. Au menu: cinq conférences à travers lesquelles les entrepreneurs ont partagé leur expérience, dans l’optique de motiver et d’inspirer les participants présents.

Organisé par la Cellule de mentorat de Granby en partenariat avec le Centre d’aide aux entreprises (CAE), le colloque était l’occasion de rejoindre de jeunes ou de futurs entrepreneurs.

« L’objectif de cette journée est de les inspirer et de les mettre en contact avec le mentorat », a expliqué Marco Bernard, lui-même mentor, qui gère entre autres les Inouk de Granby et Productions Extrême.

Serge Beauchemin — ancien Dragon et fondateur de la plateforme Alias entrepreneur·e — a partagé sa vision de l’entrepreneuriat sous forme d’échange avec le public. Mélissa Normandin-Roberge y est allée de ses conseils sur le branding et l’art de se démarquer.

Quant à lui, Richard Gagnon, spécialiste des ressources humaines, a abordé l’importance du travail d’équipe en milieu d’affaires. Le copropriétaire de Motion Parc Évolutif, Patrick St-Laurent, a livré un témoignage sur le processus de démarrage de son entreprise. Finalement, Marco Bernard et Pierre-Paul Gingras ont participé au panel traitant des bienfaits du mentorat.

« J’ai beaucoup aimé [la conférence de] Patrick St-Laurent parce que son entreprise vient d’être démarrée et c’est une idée novatrice pour Granby », a relevé Mylene Gingras l’une des mentorées de l’an dernier.

« J’ai trouvé que c’était très enrichissant. Toutes les conférences avaient des points intéressants... c’était complet [comme programmation] », a mentionné l’esthéticienne électrolyste Amélie Ferland, qui en était à sa deuxième participation au colloque. Cette année, elle souhaite d’ailleurs faire partie des mentorés. « Je suis convaincue que c’est une bonne chose », a-t-elle lancé.

La relation mentorale

Au cours du colloque, des séances de « mentorat éclair » ont permis aux gens d’aller à la rencontre des 23 mentors faisant partie de la cellule. « Cela a permis de faire un échantillonnage d’une relation mentorale », a mentionné Marco Bernard.

Les 23 mentors offrent un accompagnement aux entrepreneurs de la région sur une base bénévole. Le mentoré doit néanmoins verser 300$ à l’organisation pour avoir entre 12 et 15 rencontres avec le mentor sélectionné. « Ce n’est pas beaucoup pour compter sur l’expérience d’un mentor et d’une rencontre de quelques heures », estime M. Bernard.

Mylene Gingras, qui poursuivra avec le même mentor cette année, a retiré du colloque qu’il faut « oser et se respecter dans nos choix d’entrepreneurs ».

« On part d’ici avec des outils et un boost pour l’automne », a-t-elle lancé, visiblement motivée.

Trouver ce qui fait briller

La coach d’affaires Mélissa Normandin-Roberge se caractérise comme une « experte à paillettes ». Et elle n’a pas manqué de faire tourner les têtes en montant sur scène alors qu’elle arborait une robe de mariée... à paillettes.

« Le milieu des affaires est très carré et très beige. Je pense qu’on est privilégié [en tant qu’entrepreneurs] de faire ce qu’on aime tous les jours. Il faut ajouter un peu de folie dans tout ça », est-elle convaincue.

Selon elle, une entreprise doit avoir une bonne facture visuelle et une personnalité pour attirer l’attention. « Mon travail est de trouver ce qui fait briller les entrepreneurs », a mentionné la professionnelle de l’image de marque.

Agissant à titre de conseillère, elle contribue au succès d’entreprises tant au Québec qu’en Europe. En préconisant la « méthode paillettes », comme elle s’amuse à appeler ses stratégies d’affaires, Mme Normand-Robert a réussi à faire tripler le chiffre d’affaires de certains entrepreneurs en seulement un an.

Le colloque s’est terminé avec un cocktail VIP où les entrepreneurs ont pu rencontrer les conférenciers.