Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Claudelle Cyr est directrice du Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie.
Claudelle Cyr est directrice du Regroupement des organismes communautaires de l’Estrie.

Une journée de répit pour le milieu communautaire

Marie-Ève Martel
Marie-Ève Martel
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Plus que jamais sollicité depuis le début de la pandémie, le milieu communautaire a besoin de reprendre son souffle. Ses travailleurs s’accorderont un court répit, le 17 février prochain, histoire de « recharger leurs batteries » dans le cadre d’une journée d’actions visant à reconnaître leurs efforts, mais aussi leur épuisement.

« Au cours de la dernière année, nous avons mené trois sondages auprès de nos membres, indique Claudelle Cyr, directrice du Regroupement des organismes communautaires (ROC) de l’Estrie. Ce qu’ils nous ont révélé, c’est que l’épuisement est patent au sein des travailleurs. Ça en est même inquiétant. »

Les organismes communautaires sont les premiers à avoir écopé du délestage dans le milieu de la santé, en récupérant au sein de la clientèle une partie des patients alors dépourvus de services. « On s’est retrouvés à porter le filet social tous seuls alors que nous aussi, on a dû s’adapter à la pandémie et aux mesures sanitaires », explique Mme Cyr

Cette journée de ressourcement s’inscrit dans la campagne nationale annuelle « Engagez-vous pour le communautaire », qui a cours depuis 2016. D’ordinaire réservée à des actions de mobilisation pour faire valoir les revendications du milieu communautaire — un rehaussement du financement à la mission des organismes, le respect de leurs pratiques et des investissements dans les services publics —, cette journée sera différente, cette année, mais symbolisera l’effort collectif auquel se livrent les travailleurs.

La pause que s’accordera le milieu communautaire, sans interrompre les services de première ligne jugés essentiels, sera donc l’occasion pour les travailleurs de « prendre acte de leur propre épuisement », souligne la directrice. « On est épuisés et on a besoin de prendre soin de nous, rappelle celle-ci. On a besoin de recharger nos batteries et de se faire du bien. »

Programmation

En avant-midi, le 17 février, le ROC de l’Estrie et les acteurs du milieu communautaire de cinq autres régions administratives se réuniront par visioconférence pour partager leurs expériences. Le tout sera suivi, en Estrie d’un « No talent show » où chacun sera invité à offrir une prestation dans l’optique de faire rire et de divertir les collègues, histoire de laisser aller un peu de vapeur. La journée se terminera par une conférence de presse, en milieu d’après-midi, où les résultats des fameux sondages seront dévoilés.