Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En août 1959, la piscine Miner était un bassin extérieur, alors que Jocelyne Dubois et André McLean allaient souvent se baigner, enfants. Les heures de baignades n’étaient pas mixtes à l’époque.
En août 1959, la piscine Miner était un bassin extérieur, alors que Jocelyne Dubois et André McLean allaient souvent se baigner, enfants. Les heures de baignades n’étaient pas mixtes à l’époque.

Une heure pour les filles, une heure pour les garçons

Billie-Anne Leduc
Billie-Anne Leduc
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Dans les années 1950, la piscine Miner, alors extérieure, grouillait d’enfants, se rappelle Jocelyne Dubois, qui l’a souvent fréquentée alors qu’elle était toute jeune.

« On avait beaucoup, beaucoup de plaisir. La fin de semaine, nos parents nous donnaient 10 cents pour mettre notre linge dans un panier. »

Ses parents, comme beaucoup d’autres, n’avaient pas de voiture, et ils passaient leurs vacances « en ville », où près de 250 enfants pouvaient se baigner en même temps, par une journée chaude, coiffés de leur casque de bain. Le grand frère de Jocelyne, Serge, était alors sauveteur. « Lui et ses compagnons étaient très sévères. Des p’tits gars responsables. »

Dans ce temps-là, racontent Jocelyne et son mari, André McLean, il y avait des heures réservées pour les filles et d’autres pour les garçons. « C’était comme ça. Tout était comme ça, l’école, la baignade. Il ne fallait surtout pas qu’on s’entrecroise dans les vestiaires! »

Lorsque les filles se baignaient, se rappelle la Granbyenne aujourd’hui âgée de 74 ans, les garçons les « checkaient » par la clôture, impatients d’avoir leur tour. M. McLean avoue en avoir fait partie. « Il se tenait dans les balançoires et riait de nous avec ses amis... » rapporte Mme Dubois, mariée à André depuis 52 ans.

Après la messe, le dimanche, les familles se réunissaient pour pique-niquer au parc Miner et au parc Victoria, alors que des cygnes barbotaient encore dans le bassin. « Tout le monde était là et se connaissait. Les parcs et la piscine, ça apportait du bonheur. C’était rassembleur. J’ai de très bons souvenirs. »

En 1977, le bassin extérieur a été converti en piscine intérieure, puis rénovée ici et là au fil des années, jusqu’à sa démolition, 86 ans plus tard. « Ça me fait un petit pincement. Mais on a hâte d’essayer le nouveau centre. Je trouve que c’est un beau legs pour Granby. »