Deux lots, totalisant 95,5 hectares, le long du boulevard Jean-Jacques-­Bertrand à Cowansville pourraient accueillir une gare d’autobus, des commerces­ et des habitations unifamiliales.

Une gare d’autobus envisagée dans le secteur sud de Cowansville

Le secteur sud de la Ville de Cowansville pourrait accueillir une gare d’autobus à laquelle se grefferaient des commerces et des habitations multifamiliales. C’est le projet sur lequel planche le propriétaire de Domaines Cowansville, Daniel Morgan.

L’homme d’affaires a mandaté Luc Bougie pour convaincre la Ville de modifier le zonage dans le secteur du boulevard Jean-Jacques-Bertrand et la rue Joliette. Il est présentement zoné commercial. M. Morgan veut y ajouter un usage résidentiel. « L’objectif du promoteur est de réaliser un projet à usage mixte constitué de bâtiments résidentiels de type multifamilial, de bâtiments commerciaux et d’une gare d’autobus », peut-on lire dans le registre des lobbyistes du Québec.

Joint lundi après-midi, M. Morgan a insisté pour dire que rien n’est coulé dans le béton. « On réfléchit à ce qu’on va y faire. On monte des plans. On n’est pas fixé. On regarde toutes sortes d’opportunités qui seraient bonnes pour la ville et pour les citoyens », a-t-il dit en entrevue.

Deux lots sont visés par le mandat de lobbyiste de M. Bougie. Ils se trouvent le long du boulevard Jean-Jacques-Bertrand, du côté nord, et totalisent 9,5 hectares. Le lobbyiste fera des représentations auprès de la Ville pour modifier la réglementation d’urbanisme. Ses activités de lobbyiste, annoncées au début du mois de février, consisteront à communiquer avec des fonctionnaires et des élus et à organiser des rencontres avec eux pour les interpeller sur les changements souhaités.

M. Morgan n’a pas voulu discuter de l’ajout d’une gare d’autobus à son projet.

Son idée est cependant liée aux services de transport collectif de Limocar à Cowansville. L’homme d’affaires a communiqué à quelques reprises ces derniers mois avec la direction du transporteur pour leur offrir de déménager leur gare dans son futur projet. « On a été approché par quelques personnes. Les gens sont intéressés au transport interurbain qu’on offre », a indiqué Guy Beauchesne, directeur de l’entreprise de Sherbrooke. Notamment M. Morgan, a-t-il confirmé.

Satisfait de l’endroit
Limocar utilise le dépanneur Couche-Tard sur la rue de la Rivière comme arrêt. De là, les passagers sont transportés aux sorties 55 et 74 de l’autoroute. Ils peuvent alors monter à bord d’autobus assurant la liaison Sherbrooke-Montréal.

Aucun changement de site n’est prévu, souligne M. Beauchesne. « On est satisfait de l’endroit où on est. Mais on reste ouvert aux propositions », a-t-il dit.

Le dépanneur ne dispose d’aucun abri pour les clients de Limocar. L’endroit offre par ailleurs peu d’espaces de stationnement. En septembre dernier, dans une résolution d’appui aux demandes de changements d’horaire de la compagnie déposée à la Commission des transports, la MRC Brome-Missisquoi demande cependant qu’elle prévoie un stationnement incitatif à ses clients.

La Commission des transports devrait rendre sa décision sous peu.