Le Service de police de Granby met en garde ceux qui seraient tentés de fournir leurs informations bancaires et personnelles à des inconnus. Sur la photo, l’agent Guy Rousseau et l’enquêteur Jonathan Lambert.

Une fraude bancaire ciblant des jeunes

L’appât du gain a entraîné des citoyens de la région de Granby, principalement des jeunes, à confier les informations personnelles donnant accès à leur compte bancaire. Résultat: ils ont été victimes de fraudes qui auraient été orchestrées par des individus de leur âge, qui usaient d’un stratagème observé par différents corps policiers du Québec.

Celui-ci consiste en fait à utiliser le compte bancaire d’une personne pour retirer des sommes d’argent acquises frauduleusement. Dans ce cas-ci, l’arnaque a débuté lorsqu’une publication a été mise en ligne sur Instagram.

C’est une femme qui aurait invité les internautes à communiquer avec elle pour faire de « l’argent légal et facile », a expliqué le détective Jonathan Lambert, du Service de police de Granby, lors d’une entrevue accordée à La Voix de l’Est.

Des échanges, toujours virtuels, auraient permis à la suspecte de convaincre ses victimes de lui fournir leurs informations personnelles pour réaliser une transaction bancaire qui leur rapporterait de l’argent en contrepartie. C’est à ce moment qu’un deuxième suspect serait entré en scène en collectant une foule d’informations, dont le numéro de la carte bancaire, le numéro d’identification personnel (NIP) ainsi que les questions de sécurité des victimes.

« C’est souvent des jeunes, précise l’enquêteur, en référence aux victimes. Ils adhèrent à ça et donnent malheureusement toutes les informations. »

Les présumées victimes ignorent toujours à ce moment-là qu’elles viennent de tomber dans un piège. Après avoir reçu un virement bancaire dans leur compte, elles se seraient rendues au guichet pour retirer l’argent en question, qu’elles auraient ensuite remis au suspect, mais en conservant une partie du montant pour le service rendu.

Mais dans ce type de stratagème, l’argent provient souvent du compte d’une personne qui a été victime d’un vol d’identité ou du dépôt mobile d’un chèque frauduleux, précise le détective.

En procédant ainsi, les fraudeurs évitent d’être captés par les caméras de surveillance des institutions financières. Les victimes agissent en quelque sorte comme « des mules », explique l’enquêteur Lambert. Le pot aux roses est souvent découvert par les victimes lorsque leur compte bancaire est bloqué par leur institution financière en raison de la transaction qui s’avère finalement frauduleuse.

Deux arrestations

L’investigation menée par le Service de police de Granby a permis de découvrir que trois personnes auraient été victimes de ce stratagème, mais il pourrait y en avoir d’autres, dit le policier chargé de l’enquête. Les pertes sont chiffrées à plusieurs centaines de dollars, mais des tentatives de fraude de quelques milliers de dollars auraient également été répertoriées.

L’enquête policière a permis l’arrestation de deux suspects, dont un Granbyen âgé de 22 ans, Jeffrey Gilbert. Il a récemment été accusé de fraude de moins de 5000 $ auprès de deux victimes. Il doit revenir au tribunal en avril. L’autre suspecte dans cette affaire fait également face à la justice, mais puisqu’elle était mineure au moment des faits, son identité ne peut pas être révélée.

Les gestes qui leur sont reprochés auraient été commis en août dernier.

Ce type de stratagème a aussi observé dans d’autres villes du Québec, notamment en Estrie. Les policiers rappellent aux citoyens l’importance de ne pas divulguer leurs informations personnelles. « Il faut éviter d’embarquer dans ce type de stratagème là et il ne faut pas hésiter à porter plainte si vous avez été victime », mentionne l’enquêteur.