La fumée émise plusieurs fois par jour par une fournaise installée illégalement plonge le quartier dans le brouillard selon un voisin.
La fumée émise plusieurs fois par jour par une fournaise installée illégalement plonge le quartier dans le brouillard selon un voisin.

Une fournaise cause la zizanie à Shefford

La municipalité du Canton de Shefford doit se tourner vers la cour municipale pour forcer un de ses citoyens à enlever une fournaise installée illégalement depuis plus d’un an. L’appareil destiné au secteur agricole nuit à la qualité de vie des citoyens du quartier de la rue Lacoste depuis plusieurs mois.

L’automne a été difficile sur la rue Lacoste, dans le secteur de Val-Maher à Shefford. La fumée épaisse émise par une fournaise a empêché presque quotidiennement plusieurs citoyens de profiter de leur propriété.

La Voix de l’Est a pu recueillir les témoignages de trois citoyens du quartier de la rue Lacoste. Tous ont demandé de garder l’anonymat par crainte pour leur sécurité.

« Quand c’est humide, c’est vraiment épouvantable. Il brûle du bois mouillé et ça dégage vraiment une odeur de créosote. On a dû fermer nos fenêtres et éviter d’aller à l’extérieur », souligne un résident qui a refusé d’être identifié.

Selon le voisinage, le propriétaire de la fournaise l’utilise pour chauffer son domicile, sa piscine et son entrée de maison. Il l’allumerait à plusieurs reprises dans la journée, généralement pour de courtes périodes.

« Il essaie de faire fondre la neige dans sa cour, mais je pense que l’installation n’a pas été bien faite parce que cela ne fonctionne pas », remarque un autre citoyen du quartier.

L’appareil dégage une fumée qui reste souvent au ras du sol pendant de longues minutes.

Dérogation

L’appareil aurait été installé en début d’année 2018, mais n’aurait pas été utilisé aussi fréquemment avant l’été dernier.

Or l’installation et l’usage d’une fournaise de ce type sont contraires aux règlements d’urbanisme de la municipalité du Canton de Shefford en raison de la superficie du terrain, confirme le directeur de l’urbanisme, Gabriel Auger.

Un voisin affirme avoir la confirmation du fabricant que ce modèle de fournaise ne doit pas être utilisé en zone résidentielle. Il n’a toutefois pas été possible de joindre l’entreprise, vendredi.

Le propriétaire de la fournaise, Éric Poulin, a tenté de se mettre en règle en demandant une dérogation mineure au règlement d’urbanisme lors de la séance du conseil municipal de novembre 2018.

Le conseil avait alors suivi l’avis du comité consultatif d’urbanisme et avait rejeté la demande, évoquant que l’installation de ce type d’appareil « porterait atteinte à la jouissance du droit de propriété des propriétaires des immeubles voisins ».

La fournaise serait tout de même restée en place comme le déplore le voisinage.

Le maire du Canton de Shefford Éric Chagnon avance que son conseil n’a été mis au courant que l’été dernier de la situation problématique.

« On a agi lorsque les citoyens nous ont mis au courant. Nous avons plus de 3000 résidences à Shefford, ce n’est pas possible pour nos inspecteurs de tout voir. À partir du moment où une demande de dérogation est refusée, on prend pour acquis que la personne va respecter la décision », dit-il.

Démarches

« Depuis août dernier, c’est devenu plus difficile. Ça sentait très mauvais et cela devenait frustrant. L’air, c’est un bien essentiel », fait remarquer un Sheffordois

Des démarches ont été entreprises par des habitants du quartier pour tenter de régler la situation à l’amiable, sans succès. « C’est malheureux parce que nous sommes tous du bon voisinage, on se respecte. Il y a juste avec lui que ça marche pas », déplore une citoyenne.

Des plaintes ont finalement été envoyées par dizaines à la municipalité.

« Le but, c’était de faire bouger la situation, mais je trouve ça quand même malheureux que ce soit les citoyens qui doivent se mobiliser pour faire respecter la réglementation municipale », ajoute une citoyenne rejointe par La Voix de l’Est.

Celle-ci a fait parvenir au moins six plaintes à la municipalité accompagnée de photos pour illustrer la situation. La Voix de l’Est a pu en avoir copie. D’autres citoyens du secteur auraient fait de même.

Plusieurs billets d’infractions auraient été émis à Éric Poulin, selon les voisins questionnés par La Voix de l’Est.

Éric Poulin a refusé de commenter l’affaire.

Cour municipale

La Voix de l’Est a appris plus tôt cette semaine que le Canton de Shefford prévoit se tourner vers la cour municipale pour débloquer la situation.

« Une ordonnance du juge nous permettrait de faire enlever la fournaise aux frais du propriétaire. Après la facture se retrouve sur le compte de taxes et il est obligé de payer », explique Gabriel Auger.

Le directeur de l’urbanisme refuse de donner davantage de détails sur la stratégie de la municipalité, mais se montre confiant que la démarche pourra résoudre le problème. « On ne demanderait pas quelque chose qu’on n’espère pas obtenir, mais c’est toujours possible que le juge refuse. »

Il ajoute que les citoyens ont bien agi en déposant leurs plaintes.