Le formateur et gardien au Zoo de Granby Sylvain Fortin et le directeur général de la SPA des Cantons, Carl Girard, sont photographiés pendant qu'ils procèdent à la capture d'un caïman à lunettes. Cet exercice a été réalisé dans le cadre d'une formation dispensée au personnel de la SPA jeudi après-midi.

Une formation qui a du mordant

Capturer un boa constrictor ou une mygale n'est pas le lot quotidien des employés de la SPA des Cantons. N'empêche qu'ils doivent être prêts à intervenir de façon sécuritaire dans de pareilles circonstances. Ils se sont donc tournés vers le Zoo de Granby, où ils ont reçu une formation théorique et pratique dispensée par un gardien, et ce, avec de véritables espèces.
« C'est très instructif », a fait savoir Carl Girard, directeur général de la SPA des Cantons, alors que la formation tirait à sa fin, jeudi après-midi, au Zoo de Granby. 
Pour une deuxième fois, la formation était dispensée à son personnel par Sylvain Fortin, un des gardiens du jardin zoologique. C'est à la suite d'une intervention pour capturer un crotale des bois, un serpent venimeux, que M. Girard avait sollicité le zoo pour recevoir une telle formation théorique et pratique. La première avait été offerte en 2012. 
« On leur montre comment identifier sommairement les espèces venimeuses et non venimeuses. C'est sûr qu'ils n'apprendront pas toutes les différences entre les espèces, mais il y a certaines caractéristiques qui rapidement vont donner un indice qu'il puisse s'agir d'un serpent ou d'un lézard qui va être dangereux pour la personne qui va le manipuler », explique Karl Fournier, directeur des soins animaliers au Zoo de Granby. 
On leur a également montré de quelle façon ils doivent se protéger des espèces potentiellement venimeuses à capturer, notamment par le port de gants afin d'éviter d'avoir la peau à nue. Il est aussi question des outils adéquats à utiliser. La SPA des Cantons dispose d'ailleurs de différents équipements, tels que des sacs à serpents, à utiliser lors de ces interventions. 
De véritables spécimens
Le second volet de la formation d'une durée de quatre heures a permis aux six employés de la SPA des Cantons de pratiquer les techniques apprises plus tôt pour capturer de véritables espèces qui sont pensionnaires au zoo : un serpent ratier noir, un boa constrictor, une mygale, un héloderme perlé et un caïman à lunettes. 
« Il y a une différence entre le pratiquer et écouter, assure Sylvain Fortin. Il faut avoir le feeling, s'approcher, faire les bonnes manipulations au niveau technique pour qu'ils soient à l'aise ensuite s'ils ont à intervenir pour les capturer de façon sécuritaire, surtout pour eux. »
Le caïman à lunettes a d'ailleurs démontré sa puissance à Carl Girard au moment de sa capture. « C'est surprenant la force ! J'aurais jamais cru que ça pouvait avoir cette force-là, avoue-t-il. Ça met les choses en perspective. C'est plus fort qu'on pense et un animal, ça demeure toujours imprévisible. » 
Le bien-être des animaux qui ont été sélectionnés pour la formation est au coeur des préoccupations du jardin zoologique, assure Karl Fournier. Les espèces les moins stressées sont ainsi choisies pour se prêter à l'exercice.
« Il faut que l'intervention se fasse en douceur. De cette façon, l'animal va moins réagir et la capture va se faire plus facilement. On a beaucoup de préoccupations parce qu'on ne veut pas qu'il arrive quelque chose à nos animaux. »  
Des espèces prohibées
Même si les espèces venimeuses sont prohibées, il est possible pour des acheteurs de s'en procurer sur le marché noir. Et le personnel de la SPA doit être en mesure de les identifier et de les capturer de façon sécuritaire.
« Les gens aiment les animaux exotiques et peuvent s'en procurer de façon illégale, entre autres en Ontario. Il y a beaucoup de personnes qui possèdent des animaux dits venimeux, et c'est carrément illégal. Il y a eu beaucoup de saisies en Ontario il y a deux ans, fait savoir M. Fortin. C'est illégal ici, mais malheureusement, ça peut arriver d'en trouver et eux peuvent avoir à intervenir. » 
Carl Girard espère d'ailleurs que son équipe et lui recevront la formation sur une base plus régulière.