«Nos enfants ont été à l’école ici et on a le désir de redonner», explique Joslin Coderre (à gauche), du CA de la fondation Les amis de Wilfrid-Léger. Le conseil d’établissement de l’école secondaire dirigée par Daniel Noiseux (à droite) soumettra les idées de projets à financer.

Une fondation pour Wilfrid-Léger

Dans l’esprit de vouloir redonner à la communauté, des élus et hommes d’affaires de la région de Waterloo s’unissent pour créer la fondation Les amis de Wilfrid-Léger.

L’entité indépendante amassera des fonds pour soutenir des projets permettant à l’école secondaire de la rue Lewis Ouest de « se distinguer », indique l’un de ses initiateurs, Joslin Coderre.

« Aujourd’hui, il faut se distinguer pour réussir, indique le propriétaire du Club de golf de Waterloo en entrevue. On veut appuyer l’école pour qu’elle soit différente et performante. On ne veut pas faire comme les autres. »

Le conseil d’établissement de Wilfrid-Léger soumettra les projets qui lui apparaissent intéressants et le conseil d’administration (CA) bénévole de la fondation se chargera de la collecte de fonds, qui prendra essentiellement la forme d’un tournoi de golf annuel se déroulant en septembre.

« Plus les projets seront emballants, plus on sera motivés à amasser des fonds ! », dit M. Coderre.

À quoi servira l’argent ? Le directeur de l’école Wilfrid-Léger, Daniel Noiseux, donne l’exemple de nouveaux équipements pour les classes, de nouvelles infrastructures sportives ou encore de bourses pour les élèves.

« Différents projets pour se donner de la couleur, une identité propre, et pour garder les élèves à l’école, dit-il. Ça pourrait aussi permettre de réduire certains frais exigés aux parents. »

Redonner
Joslin Coderre est accompagné au CA de la fondation par André Thibault, directeur général de la Caisse Desjardins de Waterloo, du comptable Richard Nareau et des maires de Waterloo, Shefford et Saint-Joachim-de-Shefford.

« Nos enfants ont été à l’école ici et on a le désir de redonner », explique M. Coderre. Son fils Charl-Robèr fait de la compétition de ski de haut niveau et c’est à Wilfrid-Léger qu’il trouve le meilleur encadrement pour continuer à pratiquer son sport.

« L’encadrement, c’est ce qui fait la richesse des petits milieux », dit M. Noiseux. Les amis de Wilfrid-Léger espèrent amasser entre 25 000 $ et 30 000 $ par année. Des dons anonymes lui ont déjà permis d’amasser 15 000 $, dit Joslin Coderre.

Les municipalités concernées se sont aussi engagées à contribuer. À la commission scolaire du Val-des-Cerfs, les écoles secondaires Joseph-Hermas-Leclerc, Jean-Jacques-Bertrand, Massey-Vanier et l’école primaire La Chantignole ont aussi leur fondation.