La fillette de six ans s'est présentée dans la cour de l'école au Coeur-des-Monts en possession d'un couteau de cuisine dans son sac, mardi midi. Un surveillant est intervenu dès qu'il a été avisé de la situation.

Une fillette amène un couteau à l'école

Une dispute d'enfants aurait incité une fillette âgée d'à peine six ans à se présenter à l'école au Coeur-des-Monts de Saint-Pie, qu'elle fréquente, en possession d'un couteau de cuisine, mardi. La commission scolaire assure que la direction a agi rapidement et qu'elle a pris les mesures qui s'imposaient.
L'élève en question s'est présentée dans la cour de récréation, où sont regroupés les élèves du premier cycle, au retour du dîner avec un couteau de cuisine dans son sac, confirme Hélène Dumais, conseillère en communications à la commission scolaire de Saint-Hyacinthe. Une dispute entre enfants aurait incité l'élève à apporter l'objet coupant à l'école.
Un élève témoin de la scène a averti un surveillant qui est aussitôt intervenu auprès de la fillette. « L'école a tout de suite intercepté le couteau. Elle a rencontré la petite fille et a convoqué les élèves concernés qui ont été témoins », explique Mme Dumais.
La fillette, qui n'est pas une élève problématique selon les autorités scolaires, a-t-elle proféré des menaces à ses camarades ? « La petite fille n'a rien fait avec son couteau. Elle n'a pas menacé personne. La situation a été gérée tout de suite, précise la conseillère en communication. On ne sait pas si elle avait des intentions parce que ça n'a pas pu être confirmé. »
Suivi et soutien
Les parents de la fillette ont été rencontrés et collaborent avec le personnel de l'établissement. Depuis les événements, elle fréquente toujours l'école, mais elle passe les périodes de récréation dans la cour de l'autre pavillon de l'établissement en présence d'un adulte. « Quand la situation va être jugée correcte, elle va pouvoir réintégrer la cour d'école. On attend que les choses se replacent, que la poussière retombe », fait savoir Mme Dumais. 
Une correspondance a été acheminée aux parents des élèves qui fréquentent l'établissement pour les aviser de la situation. L'équipe de direction était aussi sur place pour répondre aux questions des parents. Du support psychologique était disponible. La direction a également contacté la Sûreté du Québec qui a fait savoir que « c'était la bonne façon de gérer la situation », dit Mme Dumais. 
« On peut comprendre que les parents soient inquiets, mais la situation est vraiment entre bonnes mains. S'ils ont des questions, ils peuvent contacter l'école, assure la représentante de la commission scolaire. Tout a été fait dans les règles de l'art pour gérer la situation. »