La municipalité de Saint-Césaire a organisé une parade pour permettre à ses citoyens de célébrer la Fête nationale dans le respect des mesures sanitaires.
La municipalité de Saint-Césaire a organisé une parade pour permettre à ses citoyens de célébrer la Fête nationale dans le respect des mesures sanitaires.

Une Fête nationale chargée d’émotions à Saint-Césaire

Nicolas Bourcier
Nicolas Bourcier
La Voix de l'Est
L’ambiance était à la fête dans les rues de Saint-Césaire en ce 24 juin avec la présentation d’une parade organisée par la municipalité pour célébrer la Fête nationale, dans le respect des mesures sanitaires.

Le départ pour la trentaine de chars allégoriques, tous aussi orignaux les uns que les autres, s’est donné à 13h, dans le stationnement situé près de l’hôtel de ville, sur la rue Saint-Paul. Pompiers, équipes sportives, mascottes, et musiciens s’en sont donnés à coeur joie afin d’égayer les festivités pour les nombreuses personnes présentes.

«On a senti, quand on se promenait dans les rues, que les gens étaient tellement heureux de sortir du marasme du confinement. On le voyait dans le bonheur des gens, ils chantaient avec nous, ils étaient contents de nous voir. Ça allait au-delà de la Saint-Jean, rapporte Pierre-André Ducharme, chanteur du groupe Mosaïque, qui a pourtant l’habitude des célébrations de la Fête nationale. On a vécu quelque chose de spécial, on sentait tous que c’était davantage que d’avoir fait un bon spectacle. Il y avait quelque chose d’émotif pour nous, mais aussi pour les gens.»

Quelques véhicules ont d’ailleurs fait un petit détour à la fin du parcours pour aller saluer les personnes âgées des Résidences du Collège CPR. «Pour eux aussi c’était quelque chose, ils chantaient et dansaient. On les a senti touchés et nous aussi, c’est venu nous chercher», confie-t-il.

Le groupe Mosaïque, composé de Pierre-André Ducharme (chant), Audrey Charbonneau (chant), Jean Déry (bassiste et voix) Charles Rousseau (guitare), Jean-François Noiseux (batterie) et de Catherine Laliberté (chant, mais qui n’a pas pu être présente sur le char puisqu’il manquait d’espace), n’en était pas à son premier spectacle de la Saint-Jean.

«Un vrai succès»

Le trajet de six kilomètres prévoyait douze endroits désignés afin de recevoir les spectateurs qui ont assisté à la parade en gardant une distance de deux mètres avec leurs concitoyens.

L’idée, qui ne devait qu’être un défilé de camions de pompiers, a rapidement pris de l’ampleur pour devenir une grande célébration ouverte à tous sous le thème «Ça va bien aller», et ce, en seulement trois semaines.

«Tous les commentaires étaient excellents, les gens étaient satisfaits. Il y avait beaucoup de gens qui étaient impliqués, je pense aux pompiers, aux gens de la Ville, aux bénévoles. Il nous faut lever notre chapeau à ces gens qui ont organisé ça en peu de temps et qui en ont fait un vrai succès», souligne Pierre-André Ducharme.

Le groupe Mosaïque est un habitué des célébrations de la Saint-Jean. 

Certaines consignes ont été mises en place pour assurer le bon déroulement des festivités. Le port du masque était obligatoire lorsque la distanciation physique n’est pas possible et il était recommandé d’avoir sa propre solution désinfectante. Il était aussi interdit de distribuer bonbons, dépliants et objets promotionnels de toutes sortes.

-Avec la collaboration de Marie-Ève Martel