Il sera possible pour les jeunes visiteurs d’apprendre à fabriquer une mouche. On voit ici la directrice du Musée, Kathia Waite, en compagnie d’un expert en la matière.

Une expo pour intéresser les jeunes à la pêche à la mouche

Après s’être principalement adressé aux mordus de ce sport, le Musée de la pêche à la mouche du Canada ouvre désormais ses portes aux petits à travers l’exposition La nature, c’est la vie !. Le but avoué : leur donner envie de pêcher, tout en les sensibilisant à la préservation de la nature.

Ouvert en 2007, le Musée de la pêche à la mouche a accumulé, au fil des ans, plusieurs collections d’objets dédiés à ce loisir. Mais selon la directrice, Kathia Waite, le temps était venu de faire une place aux générations futures. « J’ai voulu amener ça ailleurs », a-t-elle affirmé, vendredi matin, lors du lancement de l’exposition jeunesse.

Selon elle, la transmission du savoir des pêcheurs à la mouche est essentielle à la survie même de l’activité, car peu d’enfants pratiquent ce type de pêche bien particulier.

Lors de leur visite, les 6 à 12 ans — et leurs parents — pourront en apprendre davantage sur la faune et la flore présentes en Haute-Yamaska, sur l’importance de l’équilibre des écosystèmes et sur ce qui menace cette nature. On a toutefois veillé à transformer cet apprentissage en un moment dynamique et amusant.

Grâce à deux bornes interactives, les visiteurs pourront, du bout des doigts, répondre à un jeu-questionnaire, connaître les espèces de poissons pêchées (saumons, brochets, achigans), mais aussi découvrir les mouches et la fameuse technique du lancer.

Élaborées par la firme Attractif, ces deux bornes pourront être déplacées en milieu scolaire au besoin, indique Mme Waite.

En plus d’une vidéo d’introduction sur la pêche à la mouche, les enfants auront également le loisir de fabriquer leur propre mouche, avec l’aide d’un spécialiste de cette technique. Ils pourront ensuite exercer leur lancer dans un local réservé à cet effet.

« Cette exposition permet de démocratiser la pêche à la mouche. On invite les gens à s’approprier le Musée, à venir avec leurs enfants. Les groupes scolaires sont aussi invités gratuitement », a précisé Samuel Gosselin, conseiller en développement de la ruralité et de l’agroalimentaire à la MRC de la Haute-Yamaska.

L’ensemble du projet a nécessité un investissement de 95 855 $, dont près de 57 000 $ sont issus du Fonds de développement des communautés de la MRC de la Haute-Yamaska. Plusieurs autres partenaires de la région y ont aussi contribué.

Situé au sous-sol de la Bibliothèque publique de Waterloo, rue de la Cour, le Musée est ouvert du jeudi au dimanche de 13 h à 16 h. C’est gratuit pour les 12 ans et moins, alors que les étudiants et les adultes y ont accès à un coût modique.

La nature, c’est la vie ! devrait occuper le Musée durant au moins une année, a indiqué Kathia Waite.