Tout l’été, Grégoire Couture, Arianne Lefebvre et Océane Corbeil sillonnent les municipalités pour informer les gens quant à l’utilisation du bac brun. «On cible M. et Mme Tout-le-monde, dit le directeur général de la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains, Réjean Pion (à droite). Près de 95 % des gens font une belle job.»

Une Équipe verte pour vos bacs bruns

Ils espionnent vos bacs bruns, échangent avec vos enfants et distribuent des billets d’information.

Louche ? Pas du tout. L’Équipe verte de la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains veut votre bien — ou plutôt, que vous triez bien. Tout l’été, ses trois membres sont à l’affût pour propager la bonne parole environnementale, soit l’utilisation efficace du bac brun, celui accueillant les matières putrescibles. 

« On cible M. et Mme Tout-le-Monde, explique le directeur général de la Régie, Réjean Pion. Près de 95 % des gens font une belle job. »

Mais parfois, ils s’égarent ou confondent les bacs bleus et bruns. 

Dans ces cas, après un rapide coup d’œil dans le contenant, les agents de sensibilisation Océane Corbeil et Grégoire Couture, accompagnés d’Arianne Lefebvre, coordonnatrice du volet sensibilisation à la Régie, laissent un billet d’information ou discutent avec le citoyen.

Et jusqu’à maintenant, pas d’engueulade ! C’est même plutôt le contraire. « Les gens sont heureux de nous voir et de nous poser des questions », dit Océane.

Car le manque d’information est souvent la mère de tous les maux. Dans les MRC d’Acton et des Maskoutains, les couches ne sont pas acceptées, par exemple, mais les petites branches, oui. Pas de plastique ni de terre, mais le gazon est bienvenu.

Et oui, la viande fermentée crée des asticots, mais on peut amoindrir le phénomène en l’enroulant dans du papier journal. Ou encore en la gardant au congélateur jusqu’au jour de la collecte, une pratique que n’aurait pas dédaignée Popa dans La Petite Vie.

Récalcitrants

Il y a aussi les éternels récalcitrants au bac à compost, mais ils sont de moins en moins nombreux. 

Environ 85 % des gens l’utilisent, dit M. Pion. L’Équipe verte essaie de convaincre les autres. Elle cible aussi les prochaines générations en visitant tous les camps de jour de son territoire, armée de notions d’environnement déguisées en jeux.

« L’avantage avec les enfants, c’est qu’ils retiennent facilement ce qu’on leur apprend, dit le dg de la Régie. Et à tous les ans, la clientèle se renouvelle ! »

Pour ratisser encore plus large, la coordonnatrice Arianne Lefebvre fait aussi le tour des écoles durant l’année scolaire. L’Équipe est aussi présente lors d’événements festifs et gourmands.

« Le but, c’est de réduire l’enfouissement, dit Réjean Pion. Les dépotoirs sont pleins, leurs agrandissements sont souvent refusés et les gens consomment de plus en plus. »

Le compost est quant à lui transformé en engrais et en énergie. « Au bout du compte, ce sont les citoyens qui sont gagnants », note-t-il.